mercredi, juillet 01, 2015

PKP accuse les libéraux de mesquinerie à l'endroit de Julie Snyder

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mardi 30 juin 2015 à 20h51. Modifié par 98,5 Sports le mercredi 01 juillet 2015
PKP accuse les libéraux de mesquinerie à l'endroit de Julie Snyder
PC- Jacques Boissinot
MONTRÉAL - Le chef du Parti québécois qualifie de «mesquinerie» la décision des libéraux de resserrer les règles d'admissibilité des producteurs québécois aux crédits d'impôts - des nouveaux critères qui affectent sa conjointe, l'animatrice et productrice Julie Snyder.
Pierre Karl Péladeau a réagi mardi soir sur sa page Facebook à l'annonce faite lundi par Mme Snyder, à l'effet qu'elle cesserait ses activités de productrice, une décision dont elle a rendu le gouvernement libéral responsable.

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard a resserré dans son dernier budget les règles sur l'admissibilité aux crédits d'impôts alloués aux compagnies de production, pour y exclure les producteurs indépendants liés étroitement à un diffuseur.

Mme Snyder étant la conjointe de Pierre Karl Péladeau, actionnaire de contrôle du conglomérat Québecor, son principal diffuseur, elle se voit refuser cet avantage fiscal.

M. Couillard avait alors affirmé qu'il avait adopté ces changements pour répondre à la demande du milieu qui souhaitait «un terrain de jeu plus égal». Cela est, selon Pierre Karl Péladeau, «entièrement faux».

Un article du quotidien «Le Devoir», cité par M. Péladeau, rapporte que l'Association québécoise de la production médiatique (AQPM) dit n'avoir jamais fait une quelconque demande en ce sens.

«Mon jugement lui ne souffre d'aucune ambiguïté : une mesquinerie à l’endroit d’une grande productrice, d’une entrepreneure et d’une femme qui a droit, comme toute citoyenne évidemment, à ses propres opinions, a écrit M. Péladeau. Ce qu'elle était aussi, bien avant que nous décidions de faire vie commune et de fonder une famille.»

«Il est triste de constater que de telles motivations puissent guider le premier ministre du Québec alors qu’il devrait plutôt se réjouir du succès des citoyens et des citoyennes de notre pays», ajoute-t-il.