mercredi, juillet 15, 2015

Meurtre de Samantha Higgins: l'accusé avait déjà plaidé des problèmes mentaux

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par 98,5 Sports pour 98,5 fm le mardi 14 juillet 2015 à 14h57. Modifié par Charles Payette le mercredi 15 juillet 2015
Meurtre de Samantha Higgins: l'accusé avait déjà plaidé des problèmes mentaux
Samantha Higgins et Nicolas Fontanelli./Facebook
(98,5 fm) - Le jeune homme accusé hier à Montréal du meurtre de sa fiancée Samantha Higgins n'était pas à son premier passage devant le tribunal. Au terme d'un crime violent en 2010, l'avocat de Nicolas Fontanelli avait alors parlé de problèmes de santé mentale qui n'avaient pas été précisés.
Le reportage de Denis Couture.
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mercredi 15 juillet 2015 dans Puisqu'il faut se lever avec Julie-Christine Gagnon
Fontanelli, 22 ans, a commis un vol en 2010 avec deux autres jeunes en braquant une arme sur une victime choisie au hasard à la sortie d'un autobus à Montréal.
Après avoir plaidé coupable et s'être montré repentant, il avait écopé en 2013 d'une peine à purger dans la communauté avec deux années de probation. Il y était toujours soumis au moment des événements de la semaine dernière.
Épuisé, hagard et menotté 
Le fiancé de Samantha Higgins, cette jeune mère de deux enfants âgée de 22 ans retrouvée morte à Hinchinbrooke la semaine dernière, a été formellement accusé de meurtre au premier degré et d'outrage à un cadavre, mardi, au palais de justice de Montréal. Il a été arrêté lundi après-midi.
Le corps démembré a été découvert dans un sac de plastique aux abords d'un petit cours d'eau se trouvant à Hinchinbrooke, en Montérégie.
La jeune mère de famille âgée de 22 ans avait été vue pour la dernière fois au début de la semaine dernière alors qu'elle quittait à pied la demeure d'une amie vivant dans l'arrondissement LaSalle.
Samantha Higgins était partie de chez sa copine vers minuit et elle devait rentrer chez elle.
Nicholas Fontanelli est apparu dans la boite des accusés mardi menotté et vêtu d'une combinaison blanche à capuchon. L'air épuisé et hagard, il n'a pas enregistré de plaidoyer.
« Les éléments de preuve recueillis par la SQ ont été transmis à des fins d'analyse à nos procureurs qui en sont venus à la conclusion qu'une accusation de meurtre au premier degré devait être portée et une accusation d'outrage à un cadavre », a expliqué le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Jean Pascal Boucher.

Retour en cour le 17 août
La peine pour une condamnation de meurtre prémédité est la prison à vie et pour l'infraction criminelle d'outrage à un cadavre, le jeune homme est passible d'une peine d'emprisonnement de cinq ans.

L'accusé doit revenir en cour le 17 août prochain pour la suite des procédures.

Entre temps, il demeurera détenu, comme c'est généralement le cas pour ceux qui sont accusés de meurtre prémédité. Il pourrait éventuellement présenter une requête de remise en liberté.

Des membres de la famille de la victime étaient présents au palais de justice mardi. Par la bouche de M. Boucher, ils ont fait savoir qu'ils ne voulaient pas parler aux journalistes. L'avocat de Nicholas Fontanelli, Jean-Marc Tremblay, n'a pas non plus voulu commenter.

Nicholas Fontanelli a des antécédents judiciaires: il a plaidé coupable dans une affaire en 2010 de possession d'une arme prohibée, de vol et de voies de fait. Il avait été accusé de menaces dans un autre dossier en 2011, mais a été acquitté.
(Avec La Presse canadienne et le Journal de Montréal)