vendredi, juillet 24, 2015

Le Sénat américain vote la levée de restrictions de déplacement à Cuba

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le jeudi 23 juillet 2015 à 21h36. Modifié par Jean-François Cyr à 22h30.
Le Sénat américain vote la levée de restrictions de déplacement à Cuba
Au balcon d'un immeuble de la vieille Havane, les drapeaux des deux nations
 ont été installés l'un à côté de l'autre afin d'illustrer l'amélioration des relations diplomatiques
entre les deux pays./AP Photo/Ramon Espinosa
WASHINGTON - Le comité sénatorial des crédits budgétaires, contrôlée par les élus républicains, a voté la levée des restrictions de déplacement à Cuba, renforçant ainsi le rapprochement historique engagé par le président Barack Obama plus tôt cette année.
Le comité a également voté pour empêcher l'application d'une loi interdisant aux banques et aux autres entreprises des États-Unis de financer la vente d'exportations agricoles américaines à Cuba.

En janvier, l'administration Obama a édicté de nouvelles règles en vue d'assouplir les restrictions en matière de déplacement à Cuba et de permettre l'établissement de vols réguliers pour la première fois.

Le Sénat va encore plus loin que ces nouvelles règles qui annulaient l'obligation pour les voyageurs d'obtenir un permis du département du Trésor avant de se rendre à Cuba. Tout ce qui sera exigé désormais est de démontrer que leur séjour a des objectifs éducatifs, religieux ou d'autres desseins permis.

Le vote du comité sénatorial des crédits budgétaires, à 18 contre 12, survient quelques jours après le rétablissement formel des relations diplomatiques entre les deux pays, après 54 ans de rupture.

Le comité des crédits de la Chambre des représentants est allé dans la direction contraire. Toutefois, les mésententes internes entre les élus républicains rendent beaucoup moins probable la perspective que le Congrès, contrôlé par les républicains, essaie d'utiliser des affectations de dépenses pour contester le rapprochement d'Obama avec l'administration de Raul Castro.

La disposition de la Chambre bloquerait l'application des nouvelles règles plus souples édictées en janvier par le président.