mercredi, juillet 15, 2015

La Banque du Canada pourrait abaisser son taux directeur ce matin

http://ici.radio-canada.ca/regions/ontario/

Stephen Poloz
Stephen Poloz, le gouverneur de la Banque du Canada (archives)  Photo :  PC/Adrian Wyld

Après six mois de ce qui semble être une contraction de l'économie, nombre d'analystes prédisent que le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, va réduire son taux directeur de 25 points de pourcentage ce matin.
Un texte de Michel BolducTwitterCourriel
La mesure mènerait à une baisse des coûts d'emprunt pour les entreprises et les particuliers, en plus de garder le dollar canadien à un bas niveau par rapport à la devise américaine, fournissant un « petit stimulus » à la consommation et aux exportations, selon l'économiste Leslie Preston de la Banque TD.
Le taux directeur est actuellement de seulement 0,75 %.
En mai dernier, la banque centrale s'attendait à un retour à une croissance solide au deuxième trimestre au Canada malgré la faiblesse de l'activité observée au premier trimestre aux États-Unis. Toutefois, la reprise anticipée n'est pas au rendez-vous, selon l'économiste Jimmy Jean du Mouvement Desjardins, qui souligne que l'économie canadienne est techniquement en récession, après un recul du PIB pendant deux trimestres consécutifs.
« Ça a pris tout le monde par surprise l'ampleur de l'impact de la baisse des prix du pétrole sur l'économie et (...) l'activité manufacturière. »— Jimmy Jean, économiste au Mouvement Desjardins
Selon l'économiste Alex Koustas de BMO, la décision du gouverneur Poloz dépend de son analyse du ralentissement actuel et s'il pense que ses effets sont « éphémères » ou pas. S'il abaisse le taux directeur, il s'agira de la deuxième réduction en six mois.  
Risque de surchauffe immobilière
Les économistes ne craignent pas qu'une autre baisse des taux d'intérêt ne provoque la formation d'une bulle immobilière au Canada, comme ce fut le cas aux États-Unis durant la dernière récession.
Toutefois, il y a un risque de surchauffe du marché, particulièrement à Toronto et à Vancouver, selon Alex Koustas de BMO. « C'est difficile à voir si les bénéfices [d'une baisse du taux directeur] sont plus grands que les risques », dit-il.
Une maison à vendre à VancouverUne maison à vendre à Vancouver (archives)  Photo :  PC/Jonathan Hayward
De son côté, l'économiste Jimmy Jean du Mouvement Desjardins soutient que le jeu en vaut la chandelle, soulignant qu'il s'agirait seulement d'une baisse d'un quart de point de pourcentage des taux d'intérêt, et ce, si les institutions financières refilent vraiment aux acheteurs de maison l'ensemble de la réduction de taux de la Banque du Canada. En janvier dernier, les grandes banques avaient réduit leur taux hypothécaire variable de seulement 15 points de pourcentage, plutôt que de 25.
M. Jean ajoute qu'au Québec, le marché immobilier est déjà au ralenti et que dans le cas de Toronto et de Vancouver, l'immigration nourrit la demande.
Pour sa part, Leslie Preston de la TD anticipe une baisse du prix des maisons dans certains marchés, lorsque les taux d'intérêt remonteront, mais pas de bulle immobilière.
Plus de stimulus?
L'économiste Jimmy Jean pense que les gouvernements fédéral et provinciaux pourraient venir en aide à la Banque du Canada en investissant encore plus dans les infrastructures, par exemple, pour stimuler l'économie. 
Son collègue Alex Koustas de BMO dit qu'Ottawa a la « capacité de le faire ». Cela dit, il croit que la relance économique américaine, jumelée à des mesures comme la bonification de la prestation fiscale canadienne pour enfants, devraient aider l'économie canadienne à reprendre du poil de la bête avant la fin de l'année.
Pour sa part, Mme Preston refuse de commenter, à l'approche des élections fédérales.
Par ailleurs, nombre d'économistes prévoient que le huard pourrait poursuivre sa descente au cours des prochains mois, atteignant 75 cents américains d'ici la fin de l'année.