mercredi, juin 10, 2015

Visé par un cocktail Molotov en entrant dans sa Mercedes

http://www.journaldemontreal.com/

me luc ratelle voiture incendiée joliette
PHOTO FACEBOOK

Me Luc Ratelle croit que sa luxueuse Mercedes aux portes «papillon» sera une perte totale.

MISE à JOUR 
Un avocat de Joliette l’a échappé belle la semaine dernière lorsque sa luxueuse Mercedes a été incendiée au moment où il s’y asseyait.
Me Luc Ratelle n’a même pas eu le temps de mettre ses pieds dans sa voiture aux portes «papillon» qu’un cocktail Molotov avait été lancé juste en dessous de lui, selon ce que l’avocat a raconté au Journal.

Me Luc Ratelle, Avocat
PHOTO COURTOISIE
Me Luc Ratelle, Avocat
«Ma porte étant ouverte, le feu est rentré dans l’auto. Je vais vous dire que j’ai eu une seconde pour sortir de là et mon auto a flambé énormément», détaille-t-il.
«Le feu était tellement intense que si j’étais resté 10 secondes de plus, je passais dedans. Ça chauffait pas à peu près», continue Me Ratelle, ajoutant qu’il a eu une bonne frousse.
L’avocat qui compte 47 ans de métier revenait de dîner au centre-ville de Joliette, vers 13 h vendredi dernier, lorsqu’un individu circulant en voiture aurait lancé l’objet incendiaire dans sa direction.
La Sûreté du Québec ne confirme pas ces éléments, mais indique que le feu est d’origine suspecte et qu’une enquête a été ouverte.
Pas la première fois
C’est le deuxième véhicule de l’avocat à être incendié en quelques semaines.
Son Chevrolet Equinoxe a aussi été vandalisé devant sa résidence.
«Quelqu’un a cassé la vitre du chauffeur et a mis le feu dans le camion. La personne est revenue deux ou trois jours après pour casser toutes les vitres. Il y avait une brique dedans», dit Me Ratelle.
Son véhicule est une perte totale.
Me Luc Ratelle croit qu’il peut s’agir d’une personne qui lui en veut relativement à sa pratique d’avocat, sans dire s’il s’agit d’un client, d’un ex-client ou d’une partie adverse.

Me Emmanuel Préville-Ratelle, Avocat
PHOTO COURTOISIE
Me Emmanuel Préville-Ratelle, Avocat
Son fils victime
Il tire cette conclusion parce que le véhicule de son fils, Me Emmanuel Préville-Ratelle, a aussi été incendié dimanche soir, dans la cour de son condo.
«Les premiers éléments laissent croire qu’il s’agit d’un incendie criminel», a fait savoir la sergente Christine Coulombe de la Sûreté du Québec.
Me Préville-Ratelle travaille avec son père et 17 autres avocats au bureau Ratelle et Ratelle.
«Il est évident qu’il y a de la pression sur moi et puis il y en a eu sur mon fils», déplore Me Luc Ratelle. C’est la première fois que l’avocat d’expérience doit faire face à une telle situation. «Où est-ce que ça va s’arrêter? On ne sait pas», dit-il.
- Avec la collaboration de Félix Séguin, Bureau d’enquête, et Maxime Deland, Agence QMI