dimanche, juin 07, 2015

Tous n'entretiennent pas les mêmes espoirs en vue des élections partielles

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 07 juin 2015 à 16h43. Modifié par 98,5 Sports à 17h44.
MONTRÉAL ? À l'approche de la tenue de deux élections partielles dans la Belle Province, le degré d'optimisme n'est pas toujours le même d'un camp à l'autre.
Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s'est dit confiant de voir l'ancienne animatrice Jocelyne Cazin l'emporter haut la main dans Chauveau — une circonscription qui était auparavant le fief de l'ex-député caquiste Gérard Deltell — et ce, même si elle se frotte à une autre personnalité bien connue, la journaliste Véronyque Tremblay, qui s'aligne pour les libéraux.

Par contre, M. Legault a reconnu que la partie est loin d'être gagnée d'avance pour l'homme d'affaires Alain Fecteau qui essayera d'ébranler les remparts du château-fort libéral de Jean-Talon, lundi, en battant un conseiller du premier ministre Philippe Couillard, Sébastien Proulx.

Ce dernier, qui a déjà siégé à l'Assemblée nationale sous la bannière de l'Action démocratique du Québec, a la nette impression d'avoir investi un maximum d'énergie afin d'éviter de se faire coiffer à la ligne d'arrivée par M. Fecteau.

«J'ai eu l'occasion de rencontrer beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens. Je me suis donné comme objectif de continuer jusqu'à la toute dernière minute. [...]. C'est comme ça que ça se gagne une campagne électorale [...] Je ne tiens rien pour acquis mais j'ai une belle confiance», a lancé M. Proulx, d'un ton enthousiaste.

Malgré toute la bonne volonté manifestée par ce transfuge, le numéro un de la CAQ juge, tout de même, que son candidat «pourrait créer une surprise» en surfant sur ce qu'il perçoit comme une vague d'insatisfaction à l'égard de l'équipe du premier ministre Philippe Couillard.

M. Legault n'a, d'ailleurs, pas hésité à inviter les «électeurs à se déplacer massivement pour voter contre les hausses de taxes et de tarifs du gouvernement».

Il a martelé que «les gens ont moins d'argent dans leurs poches qu'au moment où les libéraux sont arrivés au pouvoir» et que la population doit donc les «sanctionner».

De son côté, la porte-parole parlementaire de Québec solidaire et députée de Gouin, Françoise David, a adopté un ton moins belliqueux que François Legault.

Au lieu d'écorcher le gouvernement, elle a préféré traiter des avancées enregistrées par sa formation dans le cadre des deux campagnes électorales qui arrivent à leur terme.

«On va avoir fait circuler davantage les idées de Québec solidaire et rencontrer des centaines de personnes. L'accueil a été chaleureux et sympathique. C'est ce qu'on a remarqué en général», a-t-elle observé.

Elle a admis que les efforts déployés par l'entrepreneuse Amélie Boisvert et l'éducatrice spécialisée Marjolaine Bouchard, qui se présentent respectivement dans Jean-Talon et dans Chauveau,ne donneront pas nécessairement les résultats escomptés.

«Dans ces élections partielles, il y a de très gros joueurs [...] et des partis politiques qui disposent d'infiniment plus de moyens. Alors, est-ce qu'on a la prétention de gagner ces circonscriptions? En fait, il faudrait une sorte de miracle» pour y arriver, a-t-elle mentionné, bien humblement.

En fin d'après-midi dimanche, le Parti québécois n'avait pas encore donné suite à la demande d'entrevue de La Presse Canadienne qui avait été logée en début de journée.