vendredi, juin 05, 2015

Quand La Presse fait la leçon à PKP

http://www.journaldemontreal.com/

Quebec's Premier Philippe Couillard speaks during a tribute to late former Quebec's Premier Jacques Parizeau at the National Assembly in Quebec City
PHOTO REUTERS

CA_LeoPaul_Lauzon
Dans sa chronique du 21 mai 2015 intitulée «Le silence des agneaux», la chroniqueuse Lysiance Gagnon de La Presse n’y va pas par huit chemins pour exprimer sa peur maladive de voir un jour Pierre Karl Péladeau premier ministre péquiste: «Les Québécois sont étonnamment indulgents envers les risques de conflits d’intérêts dans lesquels se placera M. Péladeau.
Si M. Péladeau devenait premier ministre, la concentration d’autant de pouvoir entre les mains d’un seul homme sera démesurée». Madame Gagnon, je pourrais aussi dire que les Québécois sont étonnamment indulgents envers Philippe Couillard et les libéraux qui sont passés maîtres, si on peut dire, en matière de corruption, et dont les fausses promesses sont leur marque de commerce: «Commission Charbonneau. Le PLQ, véhicule politique favori des corrupteurs» (Le Devoir, 28 octobre 2014). Aussi, mentionnons celles-là: «Le financement illégal au PLQ a fait progresser les enquêtes de l’UPAC» et «Nouvelle perquisition de l’UPAC au PLQ» (17 juillet et 4 juin 2014). Et quant aux menteries du PLQ, signalons ces deux articles: «Centres de la petite enfance. Malgré sa promesse, Couillard justifie la fin du tarif unique» et aussi: «L’ère et l’art du mensonge» (6 et 29 novembre 2014). L’art du mensonge, quoi.
Il n’y a pas seulement madame Gagnon à La Presse qui s’alarme de la venue de Pierre Karl Péladeau, il y a aussi le chroniqueur Alain Dubuc, qui est de tous les combats pour défendre ses boss, le patronat et leur modèle du plus de privé et pas d’État: «PKP et les conflits d’intérêts» (La Presse, 30 mai 2015).
Power Corp. et La Presse nagent-ils dans les conflits d’intérêts?
Mes amis, Jésus-Christ, dans une de ses réflexions, a dit: «Avant d’observer la paille de son voisin, regardes donc la poutre dans ton propre œil». Ce sage conseil du Christ s’applique bien à La Presse et à ses autres quotidiens sur qui, Power Corp. a encore son ascendant (Le SoleilLa TribuneLe DroitLe QuotidienLe Nouvelliste, etc.) malgré sa vente à l’ex-ministre libéral fédéral Martin Cauchon qui n’a aucune expérience dans le domaine et peu de ressources financières. Un faire-valoir, selon mon humble opinion.
Disons d’emblée que Québecor, contrôlée par PKP, est 40 fois plus petite que Power Corp., la compagnie mère de La Presse, avec un actif total de 9 milliards $ au 31 décembre 2014 contre 378 milliards $ pour la compagnie Power Corp. de la famille Desmarais. Power Corp. est plus gros que la Caisse de dépôt et placement du Québec, mais le privé, vous le savez, n’est jamais assez gros et le public, toujours trop gros selon les agneaux et les brebis de La Presse et cie. Et une compagnie de cette envergure, comme l’est Power Corp., présente en Amérique du Nord et en Europe, et qui possède des intérêts importants dans la santé privée (London Life, Great West Life, Canada Life, etc.), dans les pensions de retraite privées (Groupe Investors, Groupe Mackenzie, les assureurs mentionnés auparavant, etc.), dans les ressources naturelles et l’énergie (Total, Gaz de France-Suez, etc.) et j’en passe, navigue quotidiennement dans les conflits d’intérêts quand son bras médiatique tel que La Presse traite toujours en bien de la privatisation de la santé, des pensions, du pétrole, du gaz naturel, de l’électricité et d’autres services publics et ressources naturelles.
Toujours favorables aux sables bitumineux, aux pipelines, aux oléoducs, etc., et toujours contre la nationalisation de nos ressources naturelles comme cela se fait à plusieurs endroits dans le monde comme en Norvège et au Brésil. Power Corp. et La Presse en conflit d’intérêts flagrant lorsqu’ils parlent de services publics et de ressources naturelles est un fait indéniable. Et, compte tenu des énormes moyens financiers et des nombreux liens politiques de Power Corp., ça fait qu’ils peuvent intoxiquer les gens à leur guise. La santé démocratique y perd au change. Voyons donc, on peut penser qu’à La Presse, d’une façon ou d’un autre, les journalistes, les chroniqueurs internes et externes et les éditorialistes doivent adopter la ligne idéologique du propriétaire. Il faut lire les textes des illusionnistes Alain Dubuc et André Pratte, entre autres, et vous verrez qu’ils frappent continuellement, et avec acharnement, comme le fait la grosse gomme ministérielle libérale, sur nos instruments collectifs et nos programmes sociaux qu’elle trouve démesurément obèses. Ce qui fait qu’ils sont les défenseurs inconditionnels des mesures d’austérité et de privatisations de Philippe Couillard et de Stephen Harper. Moins de services publics et de biens publics signifie plus de privé et plus de business et de frics pour Power Corp. qui justement opère dans les services publics... privatisés sans grands risques. Par ici la bonne soupe.
Éloge de la santé privée
Prenons par exemple les opinions et les chroniques publiées dernièrement sur une base régulière dans La Presse, faisant comme par hasard une belle jambe à la santé privée et à ses prétendues vertus.
— «Le diable consulte au privé. En évitant de collaborer avec l’entrepreneuriat en santé, le Québec tient en otage sa population avec un monopole lourd à soutenir» (20 mai 2015). Le doux privé n’est jamais en situation de monopole et ne tient jamais les gens en otage;
— «Le paradoxe de l’austérité. On devrait donner aux patients le droit de se payer le bénéfice des avancées thérapeutique» (29 avril 2015). Le droit et le fric pour payer s’entend. Et tant pis pour les autres;
— «Santé à la soviétique. Lorsqu’un modèle ne fonctionne pas, faut-il le perpétuer obstinément» (23 avril 2015).  La solution est donc le privé. À force de couper dans le public, normal que ça ne marche pas. J’aime bien l’association entre services publics, communisme et l’Union soviétique. Pour faire peur au monde, c’est toujours la même pathétique rengaine.
— «Les avantages du privé. Les soins dentaires sont facilement accessibles au Canada, tandis qu’il faut attendre des mois dans les pays où ils relèvent du secteur public» (7 avril 2015). Y sont pas à un raccourci près, ces justiciers du privé qui veulent libérer le peuple!
Il y en a plein d’autres exemples comme ça aussi bien pour les pensions privées et le pétrole privé, mais terminons par cette chronique de mon ami Alain Dubuc adoré qui a, une fois de plus, défendu vaillamment le très lucratif contrat signé en 2008 entre l’hôpital Sacré-Cœur de Montréal et l’hôpital privé Rockland MD: «Acharnement thérapeutique» (La Presse, 29 avril 2015). Acharnement thérapeutique envers l’hôpital privé Rockland MD à qui on met des bâtons dans les roues juste parce que certains «idéologues» veulent et même osent vouloir empêcher cet «entrepreneur» privé en santé de réaliser des millions de dollars chaque année sans aucun risque sur le bras de la collectivité. C’est connu, Alain Dubuc est un maniaque du tout au marché, même celui des malades qui deviennent alors des clients et non plus des patients. Son idéologie, comme d’autres lucides de son genre, est toujours à sens unique et préconise en tout temps la privatisation de tous les services publics et toutes les ressources naturelles.
Les assureurs privés, du monde charitable
Parlant d’assureurs privés en santé comme les nombreuses filiales de Power Corp., il est amusant de lire le titre de cet article du Devoir du 1er novembre 2002: «Santé: les assureurs sont prêts à prendre le relais de Québec... si le gouvernement se désengage du financement de la santé publique». Prêts à prendre le relais moyennant de généreuses primes annuelles s’entend. Tant de bonté émanant des assureurs privés m’émeut au plus profond de mon être.
Parlant de santé privée, l’an passé les dépenses d’assurance maladie aux États-Unis ont encore une fois augmenté de façon substantielle, soit un gros 20%, soit 20,1% pour être plus précis (Le Devoir, 3 avril 2015). Faudrait leur envoyer notre commando libéral composé de Gaétan Barrette, Martin Coiteux et Philippe Couillard pour instaurer aux States de sévères mesures d’austérité aux multinationales de la santé privée. Aux États-Unis, sont où les avantages de la concurrence et du libre marché en santé privée? Qui tient qui en otage au juste?
En conclusion, afin de protéger le contribuable et d’assurer un minimum de «santé» démocratique et de liberté individuelle, il devrait être absolument interdit à une transnationale comme Power Corp. qui a de gros intérêts économiques dans les services publics et dans les ressources naturelles d’être propriétaire de médias d’information. Alors, mes amis de La Presse, avant de donner des leçons sur les conflits d’intérêts latents ou réels aux autres, faudrait peut-être commencer par vous regarder dans le miroir. Power Corp. qui veut s’accaparer de nombreux services publics, c’est pas moi qui le dis, ce sont les propriétaires de cette gigantesque entreprise eux-mêmes qui l’ont dit: «La Financière Power investira dans les services publics» (La Presse, 16 mai 1997). Et ils ont tenu promesse en investissant massivement depuis 1997 dans nos services publics. Et c’est loin d’être fini.