vendredi, juin 05, 2015

PKP déplore la stratégie «bric-à-brac» de la CAQ dans Chauveau

http://www.journaldemontreal.com/

PKP déplore la stratégie «bric-à-brac» de la CAQ dans Chauveau
PHOTO LE JOURNAL DE QUÉBEC, SIMON CLARK

Marc-André Gagnon
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, rejette la thèse du piratage avancée par Jocelyne Cazin pour justifier un message Twitter controversé ciblant sa conjointe Julie Snyder et déplore la stratégie «bric-à-brac» utilisée par la CAQ pour se sortir de la controverse.
«J’ai de la difficulté à croire tout ça», a indiqué le chef péquiste, en marge du caucus de son parti, vendredi matin.
L’explication avancée par Jocelyne Cazin, et à laquelle adhère la Coalition avenir Québec, s’apparente davantage à un mensonge, ce qui est «inquiétant», a laissé entendre le député de Saint-Jérôme.
«Ça a l’air d’une situation de récupération. [...] Je ne connais pas la stratégie derrière tout ça, mais s’il y en a une, elle est certainement mauvaise ou néfaste même à la candidate», a observé le chef péquiste.
Pierre Karl Péladeau s’étonne que Mme Cazin refuse de répondre aux questions des journalistes, depuis que la tempête a éclaté sur les réseaux sociaux.
«Nous sommes quand même dans une campagne électorale, et le scrutin a lieu lundi, alors, que la candidate s’efface, je trouve ça assez curieux», a dit le magnat de la presse.
«Je ne connaissais pas l’état d’esprit de Mme Cazin au moment où cette situation-là s’est produit, mais chose certaine j’ai trouvé curieux que Mme Cazin ne soit pas présente hier (jeudi)», a soulevé M. Péladeau.
Bonnardel suspecte ses adversaires
Occupé par des rencontres à Montréal, François Legault n’était pas présent au Parlement, vendredi, et même si l’Assemblée nationale siégeait alors que se poursuit la période de travaux intensifs.
En l’absence de son chef, une première depuis le début de la session parlementaire, c’est le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, qui s’est porté à la défense de la candidate caquiste dans Chauveau.
«Mme Cazin, que vous connaissez pour la plupart, a travaillé dans les médias dans les 30 dernières années. Je ne crois pas deux secondes que Mme Cazin ait pu écrire ce commentaire», a confié le député de Granby aux journalistes, à propos du message controversé.
«Jamais elle n’aurait écrit ça, surtout pas à cinq jours d’un vote final», a ajouté M. Bonnardel.
Selon lui, le «Cazingate» n’est rien de plus qu’une «tempête dans un verre d’eau».
«Je crois Jocelyne quand elle dit que son compte a été piraté ou utilisé, que les gens auraient pu obtenir son mot de passe. [...] Vous savez, nos adversaires auraient pu utiliser le compte Twitter de Mme Cazin.»