mardi, juin 16, 2015

Philippe Couillard, Canadien radical

http://www.journaldemontreal.com/

Mathieu Bock-Coté
Empruntons le vocabulaire de l’époque: Philippe Couillard est un fédéraliste radicalisé. Il ne veut pas seulement maintenir le lien fédéral et vaincre les souverainistes. Il veut les écrabouiller, en finir avec eux.
Pour cela, il ne doit pas seulement les discréditer moralement en les accusant de tous les maux, mais il doit modifier intimement l’identité québécoise pour en effacer une fois pour toutes, la tentation nationaliste.
Tel était le sens de la surprenante déclaration de Philippe Couillard à propos de l’enseignement de l’histoire, lors du colloque de son parti en fin de semaine. Le premier ministre l’a dit clairement. Les jeunes Québécois doivent mieux connaître l’histoire de leur pays: le Canada. Aussi étrange que cela puisse paraître, une telle déclaration est révolutionnaire. Elle marque une rupture dans la vision historique du Parti libéral du Québec.
Le Canada d’abord
Il y avait, depuis plusieurs décennies, un consensus nationaliste au Québec. Les souverainistes voulaient sortir le Québec du Canada, les fédéralistes voulaient l’y maintenir. Mais le PQ comme le PLQ avaient en commun une fidélité première au Québec. Les libéraux regardaient le Canada comme un grand pays auquel ils voulaient certainement associer le Québec sans pour autant les confondre. Le Québec était une nation à part entière et devait conserver le sens de sa distinction.
Philippe Couillard rompt avec cette tradition. Et c’est pour cela qu’il veut réécrire l’histoire enseignée aux jeunes Québécois. Car l’histoire n’est pas qu’une masse de faits disparates. Elle est la matière première de l’identité collective. C’est à partir d’elle qu’un peuple se voit agir dans le temps, détermine ses grands repères, énumère ses victoires et ses défaites. Sans l’histoire, un peuple est désorienté.
Philippe Couillard entend ainsi dissoudre l’identité québécoise dans une nouvelle identité pancanadienne. Sa stratégie n’est pas mauvaise: la seule manière d’en finir une fois pour toutes avec l’indépendance, c’est d’effacer dans ses profondeurs le sentiment qu’ont les Québécois de former un peuple distinct. Le jour où ils se verront comme des Canadiens comme les autres, ils abandonneront l’idée de peut-être un jour devenir un pays.
Mais Philippe Couillard ne veut rien laisser au hasard et entend cadenasser démographiquement l’avenir du Québec. On l’aura aussi noté, Philippe Couillard entend augmenter les seuils d’immigration. Il ajoute: ce n’est pas un choix, mais une obligation. Aucune discussion n’est envisageable. Faut-il lui rappeler que le Québec est une des nations occidentales qui reçoit proportionnellement le plus d’immigrants?
Immigration massive
On ne fera pas l’erreur de croire que Philippe Couillard ne sait pas ce qu’il fait. Le PLQ mise sur l’immigration massive pour se maintenir au pouvoir éternellement. Il n’est apparemment plus bien vu de le dire, mais la réalité a ses droits: les immigrants sont massivement fédéralistes. Moins les Québécois francophones seront nombreux, moins les souverainistes auront de chance de remporter un troisième référendum.
Évidemment, les libéraux nous disent que l’intégration fonctionne bien. C’est qu’ils se contentent d’une intégration minimaliste. Leur modèle, c’est le Canada multiculturel et ils entendent bien nous l’imposer. Ils veulent passer d’un Québec français à un Québec bilingue. Et pour eux, les Québécois francophones ne représentant qu’une communauté parmi d’autres. Le PLQ façon Couillard ressemble furieusement au PLC façon Trudeau.