mardi, juin 16, 2015

L’indignation d’une ex-conjointe

http://www.journaldequebec.com/

Elle souhaite faire changer le nom de son enfant qu’elle a eu avec l’homme accusé d’agression sexuelle

Mathieu Roy
PHOTO FACEBOOK

Mathieu Roy fait face à des accusations d’agression et d’attouchements sexuels sur une fillette et aurait fait une autre victime mineure. Il reviendra en cour le 22 juin.

Marie-Christine Noël 35
Une ex-conjointe de l’homme accusé d’agression sexuelle sur une fillette de 11 ans qu’il aurait mise enceinte a tellement honte de lui qu’elle songe à demander un changement de nom de famille pour leur enfant.
«C’est épouvantable [...]Il a détruit sa vie et la nôtre», lance la mère de famille qui a eu un enfant avec l’accusé, mais qui n’est plus en couple avec lui depuis quelques années.
L’ex-conjointe, qui a exigé l’anonymat pour protéger sa famille des répercussions, gardait certains liens avec Mathieu Roy en raison de la garde partagée de leur enfant. Et l’homme de 32 ans de Trois-Rivières était un «bon père», explique-t-elle.
La femme a eu tout un choc lorsqu’elle a été avisée que son ex-conjoint était accusé d’agression et d’attouchements sexuels sur une fillette de 11 ans, en plus d’avoir vraisemblablement causé sa grossesse.
Ces accusations ont été déposées vendredi au palais de justice de Trois-Rivières et l’homme a été gardé derrière les barreaux en attendant son procès.
«Ça me donne juste envie de vomir [...] C’est irréel ce qui arrive, confie la dame consternée et attristée pour la fillette qui a maintenant 12 ans. Elle aura besoin d’aide.»
Relation terminée
Néanmoins, pendant les années où elle a été en couple avec lui, Mathieu Roy était gentil et serviable, surtout au début de leur relation, se souvient-elle.
Au plan sexuel, rien ne sortait de l’ordinaire: aucune fantaisie particulière. Elle dit n’avoir jamais remarqué d’attirance sexuelle pour les jeunes.
Pendant leur fréquentation, l’homme de 32 ans aurait cependant eu un problème de dépendance à la drogue qui se serait aggravé avec les années, selon la femme et des amies.
Sa consommation aurait provoqué chez lui des comportements étranges. L’ex-conjointe raconte qu’il pouvait passer «plusieurs jours sans dormir» après avoir consommé.
«Il était dans sa tête [...]Il se sentait toujours diminué par les autres. Parfois, il pensait que tout le monde parlait contre lui», souligne la mère de famille. C’est l’une des raisons pour lesquelles la femme aurait mis fin à leur relation.
«J’ai fait un trait sur lui. Il ne fait plus partie de ma vie [...] Et je n’imposerai jamais à mon enfant de voir son père», affirme-t-elle.
Amis de longue date
D’après l’ex-conjointe, Mathieu Roy se cherchait un endroit où vivre après la fin d’une autre relation, il y a environ un an et demi. Il a alors été hébergé par les parents de la fillette, des amis de longue date.
Mais, il y a quelque temps, l’accusé aurait été dans l’obligation de quitter l’endroit. Mathieu Roy aurait prétexté s’être «chicané avec le beau-père de la fillette.»