dimanche, juin 21, 2015

Les Mohawks d'Akwesasne pourraient voir leur territoire presque doubler

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 21 juin 2015 à 07h00.
Les Mohawks d'Akwesasne pourraient voir leur territoire presque doubler
Ryan Remiorz / La Presse Canadienne
AKWESASNE, Qc — Ottawa offre au Conseil mohawk d'Akwesasne l'occasion de presque doubler le territoire de sa réserve qui s'étend sur deux provinces canadiennes et un État américain en achetant des terres agricoles peu peuplées.
Pour que la transaction ait lieu, toutefois, le Conseil devra renoncer à quelque 8 000 hectares de terrain qui sont adjacents à la partie est de la réserve située à environ 150 km à l'ouest de Montréal. Ce territoire, occupé par la municipalité de canton de Dundee, dans le sud-ouest du Québec, est appelé Tsikaristisere par les Mohawks.

À l'heure actuelle, la réserve d'Akwesasne s'étend sur environ 10 000 hectares divisés entre le Québec, l'Ontario et l'État de New York. Quelque 23 000 membres de la communauté y résident, mais certains jeunes Mohawks sont obligés d'acheter des maisons ou de louer des appartements hors de la réserve parce que l'espace y est déjà presque entièrement attribué.

Le gouvernement fédéral a donc offert 240 millions $ au Conseil mohawk d'Akwesasne pour agrandir son territoire — mais seulement s'il renonce aux 8 000 hectares de Dundee ou Tsikaristisere.

Plusieurs détails de la transaction n'ont pas été rendu publics. Or, l'une des possibilités pour le conseil de bande serait de racheter environ 7 000 hectares de terrain — si leurs propriétaires actuels sont disposés à les vendre — pour l'annexer à leur réserve, et ainsi quasiment doubler sa superficie.

L'un des chefs du district de Kanatakon, Larry King, qui a été impliqué dans les négociations avec le gouvernement fédéral, estime que «le Canada a clairement fait savoir qu'il s'agit de sa dernière offre».

Sur la réserve, les avis sont partagés. Selon le chef King, le fait que l'achat des 7000 nouveaux hectares ne soit possible que si leurs propriétaires actuels sont disposés à les vendre «est une pilule amère à avaler pour la communauté».

L'offre d'Ottawa sera soumise à l'approbation des membres de la communauté des secteurs de la réserve situés au Québec et en Ontario dans le cadre d'un éventuel référendum. La date du plébiscite n'a pas encore été fixée, mais les Mohawks canadiens doivent élire leur nouveau conseil de bande le 27 juin prochain.

La rédactrice en chef adjointe de l'hebdomadaire d'Akwesasne «Indian Time» Marjorie Skidders n'est pas certaine que l'offre du gouvernement fédéral devienne un enjeu électoral pour la majorité des Mohawks, car ils n'ont pas encore eu le temps de digérer complètement cette nouvelle.

Le chef Larry King abonde dans le même sens. «Je n'ai pas vu ou entendu des candidats faire référence à l'offre de règlement de Dundee au cours de leur campagne ou dans leur plateforme électorale», a-t-il remarqué.

Aucune séance d'information n'a encore été organisée et le référendum pourrait se tenir dans un délai de six mois à plus d'un an.

Marjorie Skidders estime toutefois que cette offre a toutes les chances d'être acceptée, car elle «n'entend personne en colère, ni aucune grogne» à ce sujet.

«Il n'y a aucun montant d'argent qui nous fera dire: "Oui, ceci est un dédommagement pour ce qui est arrivé ou ce qui a été fait par le passé", mais nous sommes en 2015 et nous allons de l'avant», a-t-elle précisé

Certains allèguent qu'un document de cession du territoire au Canada aurait été signé dans le passé, ce que les Mohawks nient. Ceux-ci soutiennent plutôt qu'ils projetaient de réclamer graduellement les terres plutôt que de les céder de manière permanente au gouvernement fédéral.

Un autre source de tension provient du fait qu'une valeur monétaire est attribuée au territoire de Dundee ou Tsikaristisere, alors que la communauté Mohawks ne le perçoit pas de cette façon. «Je ne crois pas qu'aucune de nos familles ne le verra jamais ainsi», a fait valoir Marjorie Skidders.