vendredi, juin 05, 2015

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu se retire du caucus conservateur

http://quebec.huffingtonpost.ca/

  |  Par Presse canadienne  Publication: 

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu
Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu annonce qu'il quitte le caucus conservateur et siègera comme indépendant, alors que des premières informations se dévoilent sur le rapport du vérificateur général sur les dépenses au Sénat, attendu mardi prochain.
M. Boisvenu a dit jeudi soir par communiqué avoir pris cette décision volontairement après avoir appris qu'il ferait l'objet d'une enquête de la Gendarmerie royale du Canada.
Il a précisé qu'il siégerait dorénavant comme sénateur indépendant et qu'il expliquerait sa position plus en détails au cours des prochains jours.
Le sénateur québécois Boisvenu a été nommé à la Chambre haute par le premier ministre Stephen Harper en 2010.
Ce n'est pas la première controverse à laquelle il doit faire face depuis son entrée en fonction.
L'an dernier, un comité du Sénat avait, en effet, décidé de sévir contre lui.
M. Boisvenu avait donc été tenu de présenter des excuses pour avoir reconduit le contrat d'embauche d'une femme avec laquelle il entretenait une relation amoureuse.
Il avait également dû s'engager à suivre une formation en éthique
à ses frais.
Le comité avait déterminé que M. Boisvenu avait enfreint le code régissant les conflits d'intérêts et qu'il n'avait relevé "aucune circonstance atténuante" pour justifier son comportement.
M. Boisvenu avait embauché Isabelle Lapointe comme adjointe exécutive en 2010 et développé, par la suite, une relation amoureuse avec elle.
Le rapport du vérificateur général a été remis au Sénat, jeudi après-midi.
Le président de la Chambre haute Leo Housakos, le leader du gouvernement au Sénat Claude Carignan et le leader de l'opposition James Cowan ont confirmé qu'ils faisaient partie des sénateurs nommés dans le rapport de Michael Ferguson.
Des sources ont affirmé à La Presse Canadienne qu'en plus de 21 sénateurs qui auraient fait des dépenses discutables, M. Ferguson fait état de dépenses de neuf autres sénateurs _ deux sénateurs en fonction et sept anciens sénateurs _ ayant été jugées suffisamment graves pour justifier une enquête de la GRC.