lundi, juin 15, 2015

Le chroniqueur sportif Martin Leclerc défendra les couleurs du NPD dans Montcalm

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

Martin Leclerc est chroniqueur sportif à Radio-Canada depuis quelques années.
Martin Leclerc est chroniqueur sportif à Radio-Canada depuis quelques années.  Photo :  Radio-Canada

Le chroniqueur sportif de Radio-Canada Martin Leclerc fait le saut en politique fédérale. Il se présentera en octobre prochain sous la bannière du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription de Montcalm, sur la rive nord de Montréal.
En mai 2011, le NPD avait réussi à faire élire Manon Perreault dans Montcalm. Elle avait défait le candidat bloquiste par une forte marge. Mme Perreault a cependant été suspendue du caucus en juin 2014 après avoir été accusée d'avoir faussement rapporté un vol. Elle a été reconnue coupable de méfait public en mars dernier.
En entrevue à Radio-Canada, M. Leclerc a expliqué qu'il avait été sollicité par le NPD il y a quelques mois. « Il y a des gens au NPD, je pense, qui connaissaient mon parcours. Ils ont dit qu'ils avaient été impressionnés par le leadership dont j'avais fait preuve lorsque j'étais président du syndicat au Journal de Montréal », a-t-il expliqué.
« Ils savaient que j'avais été impliqué grandement dans ma communauté, auprès des jeunes [...] Ils m'ont dit que ça correspondait au type de candidat qu'ils voulaient avoir. [...] Que ça vienne d'eux, ça a vraiment touché la cible, ça m'a fait réfléchir sérieusement. »
Martin Leclerc explique qu'il a toujours eu le cœur « plus du côté gauche », et que le NPD est un parti « qui correspond en tous points à [ses] valeurs personnelles ». Il soutient en outre avoir une « confiance inébranlable » en son chef, Thomas Mulcair.
« Thomas Mulcair a un long parcours politique, au cours duquel il a montré à maintes reprises que c'est un homme droit, qui prend des positions de principe, qui ne prend pas ses décisions selon les sondages ou l'allure du vent. »— Martin Leclerc
« Il se profile vraiment comme la seule alternative pour remplacer Stephen Harper au poste de premier ministre, ajoute-t-il.
« C'était tout naturel de me joindre à son équipe et d'essayer peut-être de réaliser un moment historique dans l'histoire de la politique canadienne. Il n'y a jamais eu de gouvernement du NPD, mais avec le programme, l'équipe en place, je pense que les astres sont bien alignés pour que ça se réalise. »
M. Leclerc affrontera le bloquiste Jacques Tremblay et le libéral Louis-Charles Thouin. Le Parti conservateur n'a pas encore de candidat dans la circonscription. Avant l'élection de Manon Perreault, Montcalm était résolument bloquiste; en 2008, Roger Gaudet avait récolté plus de la moitié des suffrages. 
Son départ de Radio-Canada
En conformité avec les normes et pratiques et journalistiques de Radio-Canada, Martin Leclerc abandonnera ses fonctions actuelles de chroniqueur sportif. Il assure cependant que l'avenir de la société d'État constitue une « raison majeure » de son engagement politique.
« J'étais aux premières loges pour voir les dégâts qui ont été causés par le saccage de Radio-Canada de la part des conservateurs, les coupures gigantesques », souligne-t-il.
« À mon sens, Radio-Canada est une institution extrêmement importante dans la société, au Québec comme au Canada. C'est une institution qui assure une grande cohésion à l'échelle du pays. C'est une source d'informations d'une valeur inestimable. »
« Il faut que cette institution-là cesse d'être démantelée pièce par pièce. Il faut que quelqu'un se tienne debout », affirme-t-il.