mardi, juin 23, 2015

L'Alberta demande une enquête sur les Autochtones disparues et assassinées

http://ici.radio-canada.ca/regions/alberta/

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, s'est excusée pour les crimes commis dans les pensionnats autochtones.
La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley,
s'est excusée pour les crimes commis
dans les pensionnats autochtones.
  Photo :  ICI Radio-Canada

La nouvelle première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, se joint à l'appel de nombreux premiers ministres canadiens et chefs de Premières Nations afin de tenir une enquête nationale indépendante sur les disparitions et les meurtres de femmes autochtones.
Un texte de Tiphanie RoquetteTwitterCourriel
La première ministre en a fait l'annonce devant les députés de l'Assemblée législative, qui l'ont ovationnée.
« Tant que nous ne considérerons pas les causes profondes, la violence continuera », a dit Mme Notley, qui a cité également la pauvreté, le manque de logements et le manque de ressources éducationnelles parmi les importants problèmes à résoudre.
« En ce temps de solstice d'été, nous ne laisserons pas la lumière diminuer sur la crise dans notre province et notre pays. »— Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

L'ancien premier ministre de l'Alberta Jim Prentice ne s'était pas opposé à une enquête, mais n'avait pas non plus joint l'appel de plusieurs de ses homologues. À l'époque, il préférait se concentrer sur les difficultés auxquelles se heurtent les femmes autochtones.
Des excuses pour les écoles résidentielles
Rachel Notley s'est également excusée pour les crimes commis lors de la mise en place des pensionnats autochtones. Selon la Commission de vérité et de réconciliation, la province a compté 25 écoles résidentielles.
« Même si l'Alberta n'a pas établi le système [des écoles résidentielles], les membres de cette assemblée de l'époque ne se sont pas levés afin de s'y opposer. Pour ce silence, nous nous excusons. »— Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

« Nous regrettons profondément la souffrance et les dommages causés à des générations d'enfants forcés dans ces écoles résidentielles », a déclaré Mme Notley.
La nouvelle première ministre a promis de nouvelles relations avec les Premières Nations basées sur la confiance et le respect.