mardi, juin 09, 2015

Doublé pour les libéraux, ils arrachent Chauveau à la CAQ

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par (Québec) La Presse Canadienne le lundi 08 juin 2015 à 23h07. Modifié par Alexandre Robillard, La Presse Canadienne le mardi 09 juin 2015
Doublé pour les libéraux, ils arrachent Chauveau à la CAQ
Véronyque Tremblay a été élue députée de la circonscription de Chauveau./PC
STONEHAM - La Coalition avenir Québec (CAQ) a perdu son fief de Chauveau qui est retourné dans le giron libéral pour la première fois depuis plus de dix ans, au terme d'une campagne où les personnalités médiatiques ont rivalisé sur le terrain pour gagner le coeur des électeurs.

Les libéraux ont ainsi signé un doublé dans la région de Québec, en reportant comme prévu l'élection partielle qui se tenait également dans la circonscription de Jean-Talon.
Philippe Couillard
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Dans Chauveau, les adversaires de la CAQ ont grappillé ses votes, ce qui a permis à la journaliste Véronyque Tremblay de remporter la victoire avec une convaincante majorité de 1938 voix.

La journaliste et animatrice Jocelyne Cazin a quant à elle été incapable de conserver la circonscription laissée vacante par le caquiste Gérard Deltell, qui a choisi de faire le saut en politique fédérale sous la bannière conservatrice.

Le candidat péquiste Sébastien Couture a légèrement fait progresser sa formation par rapport au résultat de la dernière élection générale l'an dernier.

Le chef caquiste François Legault a concédé la victoire vers 22 h, dans un discours où il a félicité la candidate libérale tout en affirmant à sa candidate qu'elle n'a rien à se reprocher.

Dans un échange avec la presse ensuite, M. Legault a soutenu que les électeurs ont préféré voter pour les libéraux parce que M. Couillard a demandé à la CAQ de prendre position dans «les vieux débats» sur la place du Québec dans le Canada.

«Il faut constater qu'il y a encore une grande polarisation sur la question nationale et l'arrivée de Pierre Karl Péladeau, a-t-il dit. Le fait que M. Couillard ait ramené ça sur le tapis au cours de la dernière semaine, qu'il m'ait interpellé pour savoir est-ce que c'est bien clair si je veux ou non faire un référendum alors que ma position est claire que la CAQ n'en fera jamais de référendum sur la souveraineté.»

Alors que le conglomérat Québecor tente d'obtenir le retour des Nordiques à Québec, M. Legault a accusé le chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau, actionnaire de contrôle de l'entreprise, de nuire au projet parce qu'il est souverainiste, ce qui lui avait valu une demande de clarification de sa position de la part du premier ministre Philippe Couillard.
«La grogne existe» 

M. Legault, qui a tenté de faire campagne contre les hausses de taxes et de tarifs, a constaté que les conservateurs québécois et leur chef Adrien Pouliot, qui était candidat dans Chauveau, ont tiré profit de la «grogne» en progressant, lundi, une situation dont la CAQ n'a pas réussi à profiter autant.

«Cette grogne existe, on en a profité jusqu'à un certain point mais sincèrement je pense que la polarisation sur la question nationale a été plus importante que cette grogne contre les taxes et les tarifs parce qu'il reste que les libéraux ont eu le plus de soutien», a-t-il dit.

Les libéraux et péquistes ont amélioré leurs résultats, tout comme le Parti conservateur qui a, toutes proportions gardées, enregistré la croissance la plus élevée, avec 5 pour cent du vote, contre 1 pour cent en 2014.

Mme Tremblay a reçu 41,3 pour cent des votes, soit 11 points de pourcentage de plus qu'au scrutin général de l'an dernier pour les libéraux.

M. Couture, qui en plus de l'appui quotidien de son chef avait reçu en fin de campagne la visite de sa conjointe, l'animatrice Julie Snyder, a fait progresser le résultat du PQ d'un peu plus de 3 points de pourcentage, à 15,4 pour cent.

La CAQ a dégringolé de près de 20 points de pourcentage, à 33,6 pour cent.

Sans surprise, les libéraux ont réussi à faire élire leur candidat, l'ex-adéquiste Sébastien Proulx, dans la circonscription de Jean-Talon, un château-fort délaissé depuis la démission dans la controverse de l'ex-ministre de l'Éducation Yves Bolduc.

M. Proulx a reçu 41,8 pour cent des votes et une majorité de 2320 votes sur son plus proche rival, le péquiste Clément Laberge.

M. Laberge, qui a lui aussi bénéficié de la présence active de M. Péladeau, termine à près de 30 pour cent, comparativement à 22,5 pour cent en 2014.

Le nouveau chef du PQ semblait encouragé par les résultats de son parti. «Le Parti québécois est de retour dans la belle et grande région de Québec», a-t-il lancé à ses partisans.

La CAQ et son candidat, Alain Fecteau, terminent troisièmes avec 13,8 pour cent du vote contre 20,6 pour cent au dernier scrutin général l'an dernier.

Au début de la campagne, M. Proulx avait dû expliquer pourquoi une vidéo promotionnelle de sa candidature avait été tournée dans les rues de la circonscription voisine de Taschereau plutôt que dans Jean-Talon.

La circonscription de Chauveau était sortie du giron libéral en 2007, quand elle avait été remportée par l'Action démocratique du Québec et son candidat Gilles Taillon. M. Deltell lui a succédé en 2008 et il a ensuite présidé, à titre de chef de l'ADQ, à la fusion de sa formation politique avec la CAQ.

M. Deltell a décidé de faire le saut en politique fédérale après avoir perdu son poste de leader parlementaire à la suite de la dernière élection l'an dernier.

En début de campagne, Mme Cazin, qui n'habite pas la circonscription, avait exposé sa méconnaissance de la géographie locale en étant incapable d'identifier des cours d'eau qui l'irriguent.

La fin de campagne de Mme Cazin a été marquée par une déclaration controversée publiée son compte twitter après la visite très médiatisée de Mme Snyder dans la circonscription, où la dernière victoire péquiste remonte à 1998.

«Je te dis que la Julie a eu le crachoir», a-t-il été possible de lire sur sa page la semaine dernière, une déclaration que l'organisation caquiste a expliquée par un piratage.

Devant le silence de la candidate à ce sujet, M. Péladeau avait exprimé des doutes sur cette version de l'incident.