mercredi, juin 17, 2015

Dépenses et frais de voyage élevés à la Monnaie royale canadienne

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/

Mise à jour le mercredi 17 juin 2015 à 1 h 42 HAE
Exclusif - Les voyages d'affaires de certains dirigeants de la Monnaie royale canadienne ont coûté des centaines de milliers de dollars au Trésor canadien, révèle une enquête de la CBC.
Un texte de Philippe LeblancTwitterCourriel
Onze dirigeants et employés de la société d'État ont participé à la Conférence semi-annuelle des directeurs de monnaie au Mexique l'an dernier. Le voyage au Mexique incluait une retraite d'après-conférence de trois jours dans un hôtel cinq étoiles, toutes dépenses payées.
Les coûts de ce voyage, incluant la conférence et la visite d'après-conférence, se sont élevés à 60 000 $.
L'ex-président de la Monnaie royale, Ian Bennett, était du voyage. En entrevue à la CBC, il a défendu ces dépenses. « Le but de ces conférences est de favoriser le réseautage », dit-il.
Il a aussi rappelé que, sous sa gouverne, la société d'État a fait des profits.
Pas un cas unique
D'autres voyages d'affaires du genre en Thaïlande, en Australie et en Autriche ont coûté près de 160 000 $ au Trésor canadien. Ces dépenses ont été approuvées selon les politiques de la Monnaie royale.
Les conjointes ou conjoints de certains dirigeants de la Monnaie royale ont même voyagé aux frais du Trésor canadien. Par exemple, les coûts des billets d'avion en première classe de Jim Love et de sa conjointe pour des voyages en Autriche et en Australie se sont élevés à 38 000 $.
Le Vérificateur général du Canada examine certaines dépenses.
Le bureau du Vérificateur général du Canada n'a pas examiné les dépenses pour le voyage au Mexique l'an dernier, mais il s'est penché sur 16 autres voyages effectués par des employés de la Monnaie royale en 2013. Il conclut qu'ils fournissent rarement des reçus.
« Les employés justifient rarement leurs dépenses », affirme la vérificatrice générale adjointe du Canada, Nancy Cheng. « Comment pouvons-nous juger de la pertinence des dépenses encourues si on ne sait pas à quoi elles ont servi? »
Par écrit, la Monnaie royale a répondu qu'elle ne paiera plus pour le déplacement des conjoints lors de voyages d'affaires ainsi que pour les séjours d'après-conférence.