samedi, mai 02, 2015

Visite surprise de Stephen Harper en Irak

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le samedi 2 mai 2015 à 7 h 22 HAE
Le premier ministre Stephen Harper lors de son arrivée à Erbil, en Irak.
Le premier ministre Stephen Harper lors de son arrivée à Erbil, en Irak.  Photo :  Azad Lashkari / Reuters
Le premier ministre Stephen Harper effectue une visite surprise en Irak. Il s'est posé à Bagdad ce matin à bord d'un avion-cargo C-17.
Un texte de Madeleine Blais-MorinTwitterCourriel
Cette visite en Irak a été organisée dans le plus grand secret, pour des raisons de sécurité.
D'ailleurs, les mesures de sécurité qui entourent sa présence ici sont impressionnantes. Par exemple, on contrôle les images qui sont prises et le moment déterminé pour les envoyer. Rien n'est laissé au hasard.
Dès son arrivée, Stephen Harper s'est envolé à bord d'un hélicoptère pour se rendre au Palais présidentiel où il a rencontré son homologue irakien, Haider al-Abadi.
Ils ont notamment discuté de la contribution militaire canadienne au sein de la coalition internationale contre le groupe armé État islamique.
Aide humanitaire

Stephen Harper a annoncé 139 millions de dollars en aide humanitaire supplémentaire, samedi matin, pour les populations affectées par les violences en Irak et en Syrie.
D'ailleurs, par cette visite, Stephen Harper veut envoyer un signal : insister sur la nécessité, selon le gouvernement, de combattre le groupe armé État islamique. La sécurité et la lutte contre le terrorisme sont devenues des thèmes clés pour le gouvernement Harper, particulièrement depuis les attaques à Saint-Jean-sur-Richelieu et au Parlement à Ottawa, en octobre dernier.
Il s'agit de la première visite du premier ministre en Irak depuis que le Canada est engagé dans une mission militaire contre le groupe armé État islamique.
En mars dernier, le gouvernement Harper a prolongé d'un an cette mission, initialement prévue pour une période de six mois. Sa portée a aussi été étendue pour inclure la Syrie.
En plus de participer aux frappes aériennes, le Canada a dépêché 69 membres des forces spéciales pour conseiller et assister les combattants kurdes dans le nord de l'Irak. L'un d'eux, Andrew Joseph Doiron, a perdu la vie, abattu par un tir fratricide, le 6 mars dernier.
Stephen Harper, qui a défendu cette mission à la Chambre des communes contre les critiques de l'opposition, veut renforcer son message par cette visite en Irak.
L'horaire officiel transmis par le bureau du premier ministre avait indiqué avant son départ que Stephen Harper se rendait aux Pays-Bas, pour participer au 70e anniversaire de la libération de ce pays. Le premier ministre s'y rendra, mais seulement après cette première portion de voyage.
Stephen Harper (gauche) à son arrivée en Irak
Stephen Harper (gauche) à son arrivée en Irak  Photo :  PC/Sean Kilpatrick