mercredi, mai 20, 2015

Son salaire explose de 50% en 6 ans

http://www.journaldemontreal.com/

La directrice générale de la ville de Mont-Royal gagne 165 000 $ et des citoyens trouvent que c’est trop

VMR
PHOTO CHRISTOPHER NARDI

La directrice générale de la Ville de Mont-Royal, Ava Couch, a expliqué au Journal qu’elle est à l’aise avec son salaire qui est passé de 109 987 $ à plus de 165 000 $ depuis 2009.

MISE à JOUR 
L’austérité ne semble pas avoir atteint la Ville de Mont-Royal (VMR), où la directrice générale a vu son salaire augmenter de 50 % depuis 2009.
Alors qu’elle gagnait 109 987 $ en 2009, Ava Couch, la directrice générale de cette municipalité cossue de l’île de Montréal, recevra 165 140 $ cette année. À cela s’ajoute une allocation automobile annuelle de 3000 $ à 3500 $.
«C’est une augmentation déraisonnable et exagérée. On n’a pas rajouté 50 % de travail à la directrice générale entre temps, donc il n’y a pas de raison pour donner des hausses aussi importantes de façon consécutive», s’est insurgé le conseiller indépendant de la municipalité, Louis Dumont.
Des citoyens ont également mis en doute publiquement la pertinence des augmentations données aux cadres de VMR lors de la séance du conseil municipal du 27 avril dernier.
Maire étonné
Même le maire Philippe Roy semblait étonné lorsque Le Journal lui a révélé que le salaire de la directrice générale avait autant augmenté. Pourtant, c’est le conseil municipal, dont il est à la tête depuis 2010, qui décide de la rémunération de la DG.
«Je ne pense pas que le salaire de Mme Couch ait augmenté [autant]», a déclaré d’emblée le maire en entrevue, avant de voir les données du Journal.
Après avoir consulté les chiffres fournis par sa municipalité, le maire a voulu se faire rassurant.
«Je n’ai aucun malaise avec son salaire, car c’est le salaire d’un patron. Je ne trouve pas ça exagéré, elle devait être sous-payée à l’époque pour son statut», a commenté M. Roy.
Hilippe Roy, Maire de Mont-Royal
Hilippe Roy, Maire de Mont-Royal
DG à l’aise
Contactée par Le Journal à ce sujet, Mme Couch a dit qu’elle était à l’aise avec sa rémunération.
«Je suis à la Ville depuis plus que 30 ans», a-t-elle indiqué, en rappelant que ce n’est pas elle qui fixe son salaire.
Questionnée à savoir si sa charge de travail avait augmenté de 50 % durant la même période, Mme Couch a répondu qu’elle a dû gérer deux événements d’envergure depuis 2010, en plus de reprendre les responsabilités de la direction de l’urbanisme à VMR en 2012.
«En 2010, notre mairesse du temps était malade et absente presque toute l’année, alors j’ai eu des charges supplémentaires. En 2012, on a eu l’année du centenaire où le conseil m’a confié la coordination de la programmation», a expliqué la DG.

Le salaire de directeurs généraux à Montréal

Ville ou arrondissementSalaire
Nombre de citoyens
Ville de Mont-Royal   
165 140 $20 000
Westmount130 000 $20 000
Dorval122 000 $18 849
Longueuil265 000 $231 000
Laval250 000 $ (2014)400 000
Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce*156 499 $164 000
*Directeur d’arrondissement 

60 000$ en heures supplémentaires

La directrice générale de Mont-Royal n’est pas la seule dont le salaire suscite des interrogations de citoyens.
Par exemple, le contremaître responsable du déneigement a reçu en 2013 une prime de 60 857 $ pour des heures supplémentaires, en plus de son salaire de base de 77 424 $.
Selon les explications de la directrice générale Ava Couch, les primes sont payées à taux simple dès qu’un contremaître fait plus que 40 heures dans une semaine.
«Je ne comprends pas comment c’est possible de faire autant d’heures supplémentaires dans une année. Le montant des primes ne cesse d’augmenter chaque année de façon incontrôlée», a dénoncé le conseiller indépendant Louis Dumont.
Louis Dumont, Conseiller
Louis Dumont, Conseiller
Plusieurs autres cadres ont bénéficié d’augmentations de salaire allant jusqu’à 8,8 % par année.
Le directeur des Affaires publiques et du greffe a notamment vu sa rémunération bondir de 84 264 $ à 106 584 $ (26,5 %) en trois ans.
Les chefs de division des travaux publics et des bibliothèques ont pour leur part reçu des augmentations de 32.4 % et 33.6 % respectivement en quatre ans.