samedi, mai 16, 2015

Pierre Karl Péladeau élu chef du PQ Les idées de PKP pour le Québec

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le vendredi 15 mai 2015 à 22 h 03 HAE
Pierre karl Péladeau
Pierre karl Péladeau  Photo :  PC/Graham Hughes
Tout le Québec le sait : Pierre Karl Péladeau a fait son entrée en politique afin de faire du Québec un pays. Alors qu'il vient d'être élu chef du Parti québécois (PQ), il convient de se demander à quoi ressemblerait le Québec sous sa gouverne, qu'il soit province ou pays.

1. Un « superfonds » en cas de catastrophe
Une façon de retenir les leçons de la catastrophe de Lac-Mégantic revient, selon Pierre Karl Péladeau, à mettre sur pied un fonds exceptionnel d'urgence. Inspiré par le Superfund des États-Unis, ce fonds serait financé par les entreprises du domaine des mines, du gaz, du pétrole et de la chimie ainsi que celles qui en font le transport. 
2. Un transport plus branché
Le député de Saint-Jérôme se donne 10 ans pour que le Québec devienne un leader mondial en électrification des transports. Il entend faire de cet objectif une « véritable stratégie industrielle, comprenant l'exploitation minière des terres rares et du lithium, la fabrication des batteries [et] la transformation et la fabrication de composantes. »
3. Le Québec en préférence
Détaillant son concept de « préférence québécoise », Pierre Karl Péladeau croit qu'il est possible d'« appuyer les entreprises d'ici pour les marchés publics qu'il contrôle » tout en respectant l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Il compte notamment s'inspirer de la loi Buy American adoptée par le Congrès américain.
4. Le numérique à l'avant-plan
M. Péladeau veillerait à la création d'un conseil national du numérique et un ministère de l'économie numérique. Ce qui est envisagé? Un soutien aux « secteurs les plus porteurs », tels que le jeu vidéo et les effets spéciaux, mais aussi une intensification de l'offre de services gouvernementaux en ligne et de nouveaux projets de ville intelligente.
5. Un institut de recherche scientifique sur l'indépendance
Il s'agit de la principale promesse de PKP en matière de souveraineté. Cet institut aurait un mandat clair : démontrer les avantages concrets de l'indépendance, identifier les compétences fédérales qui ralentissent ou désavantagent le Québec dans la fédération et cerner les gestes qui conduiront à l'indépendance du Québec.
6. Création de développement Québec
Pour Pierre Karl Péladeau, le « nouvel instrument majeur de soutien aux acteurs économiques » se nomme développement Québec. En plus d'élaborer une politique manufacturière, développement Québec veillerait au développement régional, notamment en remettant sur pied les centres locaux de développement (CLD).
7. Une nouvelle Charte québécoise de la langue française
La pérennité du français comme « langue officielle et commune du Québec » passe par une constitutionnalisation québécoise des droits linguistiques fondamentaux et une nouvelle Charte québécoise de la langue française, avance Pierre Karl Péladeau.
Pierre Karl Péladeau.
Pierre Karl Péladeau.  Photo :  PC/Presse canadienne/Jacques Boissinot

D'autres questions sont restées en suspens durant sa campagne. En voici trois auxquelles il risque de devoir répondre prochainement. 
1. Les dispositions anti-briseurs de grève
Rouvrir le Code du travail pour modifier les dispositions anti-briseurs de grève n'est pas une priorité, croit l'ex-patron de Québecor. Son opposante Martine Ouellet l'avait talonné sur cet enjeu lors du premier débat officiel, mais le député de Saint-Jérôme avait esquivé la question.
2. Le référendum
Pierre Karl Péladeau refuse de s'engager à tenir un référendum lors d'un premier mandat, mais refuse également d'en écarter la possibilité. Il insiste d'abord sur la nécessité de démontrer les avantages et les bénéfices de l'indépendance au cours des trois années à venir. La décision d'organiser - ou non - un référendum viendra en 2018, au moment des élections générales.
3. Le pétrole d'Anticosti et Énergie Est
Le pétrole est un atout indéniable de la souveraineté, croit Pierre Karl Péladeau. Il estime d'ailleurs que le projet d'oléoduc Énergie Est pourrait être réalisé sous certaines conditions, notamment si le Québec en tire un avantage économique. Il affirme par ailleurs que le Québec doit permettre l'exploration du sous-sol d'Anticosti pour savoir ce qu'il contient avant de décider s'il exploitera cette richesse.
L'ancienne première ministre Pauline Marois enlace Pierre Karl Péladeau après la défaite du PQ aux élections.
L'ancienne première ministre Pauline Marois enlace Pierre Karl Péladeau
après la défaite du PQ aux élections.
  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Trois prises de position en trois citations
  • Sur le droit de grève des étudiants
Le mouvement étudiant fait avancer les choses, dit M. Péladeau, qui croit que le droit de grève étudiant existe de fait et ne nécessite pas un encadrement de la part du gouvernement.
« C'est aux étudiants de déterminer les modalités de leur démocratie. »— Pierre Karl Péladeau

  • Sur les accommodements raisonnables
Après avoir laissé entendre qu'il serait raisonnable d'interdire les signes religieux dans l'ensemble de la fonction publique, Pierre Karl Péladeau a fait marche arrière et repris pour l'essentiel la recommandation du rapport de la commission Bouchard-Taylor, en ajoutant les enseignants.
« Cette question-là est une question de consensus. Le consensus, nous devons le trouver de la manière la plus large possible et, selon moi, ce qui m'apparaît consensuel, c'est Bouchard-Taylor. »— Pierre Karl Péladeau

  • Sur le système de santé public
Lors du deuxième débat des candidats à la chefferie, la candidate Martine Ouellet a remarqué que la position de Pierre Karl Péladeau semblait avoir évolué sur la place du privé dans le système de santé, lui qui prônait une plus grande concurrence entre le privé et le public.
« C'est une question qu'il faudra regarder. Mais une chose est sûre, je ne suis pas pour plus de privé en santé. »— Pierre Karl Péladeau