vendredi, mai 15, 2015

Ottawa débouté, nouvelle victoire pour Khadr en Cour suprême

http://ici.radio-canada.ca/regions/alberta/

Mise à jour le jeudi 14 mai 2015 à 16 h 58 HAE  Radio-Canada avec La Presse Canadienne

Omar Khadr devait être considéré comme un mineur, tranche la Cour suprême

La Cour suprême du Canada rejette l'appel du fédéral qui voulait qu'Omar Khadr soit considéré comme un contrevenant adulte pour des crimes commis en Afghanistan en 2002.
Le plus haut tribunal du pays soutient que l'ex-détenu de Guantanamo aurait dû être traité comme un jeune contrevenant pour la peine de huit ans qu'il a reçue et subir sa peine dans une prison provinciale et non dans un pénitencier fédéral. Cette décision ne touchera Omar Khadr que s'il retourne en prison.
Khadr a obtenu sa libération sous caution la semaine dernière en attendant le résultat de son appel pour sa condamnation pour crimes de guerre aux États-Unis. Il a passé les 13 dernières années derrière les barreaux.
Ottawa conteste cette libération sous caution dans une cause distincte.
Il s'agissait de la troisième fois que le dossier d'Omar Khadr se retrouvait devant la Cour suprême et de la troisième fois qu'elle lui donnait raison.
Le gouvernement fédéral a qualifié sans relâche le jeune homme de terroriste endurci, affirmant qu'il avait en fait reçu cinq peines concurrentes de huit ans pour chacun de ses crimes de guerre : une conclusion que la Cour suprême a brusquement rejetée.
Dans un rare jugement rendu sur le banc quelques minutes à peine après la fin de l'audience, jeudi, la juge en chef Beverley McLachlin a rejeté l'appel du gouvernement fédéral, déclarant que M. Khadr n'a pas reçu cinq peines concurrentes.
Réaction d'Ottawa
Le ministère de la Sécurité publique du Canada se dit déçu par cette décision. Dans un communiqué, Jeremy Laurin, un porte-parole du ministre Steven Blaney, rappelle qu'Omar Khadr a plaidé coupable de « crimes odieux », notamment pour le meurtre du soldat américain Christopher Speer.
Ottawa assure que ses pensées et ses prières vont à la famille de M. Speer.
En entrevue à Radio-Canada,  Béatrice Vaugrante, directrice générale d'Amnestie Internationale,  explique que ce n'est pas fini et souligne « l'acharnement du gouvernement fédéral » dans ce dossier. « Le Canada n'a pas encore épuisé tous ses recours », ajoute Mme Vaugrante.
Les États-Unis et le Canada ont tous les deux leur part de responsabilité dans la mauvaise gestion de ce dossier, selon Béatrice Vaugrante. D'abord les États-Unis qui ont enfermé et interrogé Omar Khadr à Guantanamo et ensuite Ottawa, qui aurait dû le transférer dès 2002 au canada.

Omar Khadr en quelques dates

  • Naissance à Toronto d’Omar Khadr. Son père, Ahmed Saïd Khadr, est un immigrant égyptien, alors que sa mère, Maha Elsamnah, est d’origine palestinienne. La famille s’installe au Pakistan peu après.