mardi, mai 26, 2015

Les pompes-funèbres de M. Laliberté

http://www.journaldequebec.com/

Les pompes-funèbres de M. Laliberté
PHOTO LE JOURNAL DE MONTRÉAL, CHANTAL POIRIER

Loïc Tassé
Peut-on tout acheter avec un milliard de dollars ?
Le projet de l’ancien patron du Cirque du Soleil sur l’île Sainte-Hélène laisse songeur, pour dire le moins.
On ne sait pas encore grand-chose de l’entreprise de pompes-funèbres que veut lancer Guy Laliberté. Étant donné le vieillissement des populations, l’industrie de la mort a hélas de belles années devant elle en Occident. Sans doute y a-t-il  beaucoup d’argent à faire dans ce domaine.
Mais faut-il pour autant sacrifier des terrains de l’île Sainte-Hélène pour satisfaire le goût du lucre de M. Laliberté ? En quoi son projet serait-il un apport à Montréal ? M. Laliberté dit que son projet se ferait en partie sur des stationnements de l'île Sainte-Hélène. Mais il faudra donc déplacer les stationnements ailleurs sur l’île. Lors des événements sur l’île, pendant le festival des feux d’artifice par-exemple, les stationnements sont pleins.  À moins qu’en fait, M. Laliberté ne convoite des terrains ailleurs, comme sur l’île Notre-Dame, et que sa demande pour l’île Sainte-Hélène soit une façon de manipuler l’opinion publique pour faire passer le projet sur d’autres terrains publics.
Rappelons que la moitié du parc de la montagne est occupée par un cimetière. Il y a déjà quelque chose de profondément triste à réaliser que le cœur géographique de la ville de Montréal est un cimetière. Est-il bien judicieux d’ériger un cimetière devant une des portes d’entrée de Montréal ? C’est un geste symboliquement fort.
Et que dire des autres entreprises de pompes-funèbres qui pourraient légitimement se plaindre de l’aide déloyale que l’État apporterait à une entreprise privée concurrente en lui vendant des terrains publics ? Les cimetières qui grugent la plus grande partie du Mont-Royal pourraient-ils s’appuyer sur le précédent créé par le projet de M. Laliberté pour demander de nouveaux terrains de la Montagne pour soutenir leur croissance ?
Le plus triste là-dedans est que dans quelques années, M. Laliberté voudra sans doute vendre son entreprise funéraire à de riches Chinois ou à de riches Américains. Gageons que son beau complexe funéraire deviendrait un jour un beau complexe de condos.
Vraiment, on attend mieux de M. Laliberté. Peut-on lui suggérer de s’occuper des vivants avant de penser aux morts ? Quant à M. Coderre, il devrait savoir que les morts ne votent plus au Québec, depuis longtemps.