mardi, mai 26, 2015

D’où viennent l’argent et les armes?

http://www.journaldemontreal.com/

Gilles Duceppe
Chaque fois que je vois des images montrant les conflits armés qui se déroulent à travers le monde, je me demande comment il se fait qu’il y ait tant d’argent destiné à l’achat d’armes dans ces pays où règne une pauvreté extrême.
Les reportages qui nous proviennent du Moyen-Orient et de l’Afrique nous présentent des images d’hommes, de femmes et d’enfants affamés qui vivent l’horreur de la guerre. Nous voyons régulièrement aux bulletins de nouvelles ces migrants de la mer qui arrivent en Europe dans des conditions épouvantables. Et, c’est sans parler de ceux et celles qui ont péri en mer.
Aux mêmes bulletins de nouvelles, l’on peut voir des combattants s’entretuer avec des armes souvent très sophistiquées. Mais d’où proviennent donc ces armes puisqu’il n’y a pas, à ce qu’on sache, de fabricants d’armes dans ces pays? Comment ces pays et ces groupes armés, comme l’État islamique, trouvent-ils l’argent nécessaire pour acheter tant d’armes depuis si longtemps?
Les démocraties ferment les yeux
Il n’est pas surprenant que des pays totalitaires, comme la Chine, puissent vendre des armes à ces pays souvent diri­gés par des dictatures ou à des groupes terroristes voulant imposer de nouvelles dictatures. On ne peut non plus faire confiance à un pays comme la Russie, dont le régime n’a de démocratique que le nom.
Mais ce qui est désarçonnant, c’est de constater que des pays démocratiques comme les États-Unis, le Canada et les pays européens ferment carrément les yeux devant cette terrible réalité.
Qui plus est, ces mêmes pays fournissent et vendent des armes à bon nombre de dictatures, comme le fait le Canada avec l’Arabie saoudite. Le Canada est toutefois un joueur mineur comparativement aux États-Unis et, à un degré moindre, à la France.
Ajoutons à ce triste portrait l’immunité accordée dans les faits aux marchands d’armes présents dans les pays démocratiques qui agissent en pleine contradiction avec les prises de position de leur propre pays.
D’où vient le financement
Certes, quelques-uns se font prendre à l’occasion, mais on ne fera croire à personne que les autorités des pays démocratiques ignorent ce commerce odieux. On n'ignore bien que ce que l’on veut ignorer, dit le proverbe.
Comment des groupes fanatiques peuvent-ils acheter autant d’armes? Ces terroristes s’approprient certes des armes confisquées aux adversaires, mais encore faut-il que ces derniers en aient eu auparavant pour s’en emparer!
Il est clair que des dictatures, comme l’Arabie saoudite, ont toujours appuyé financièrement les fanatiques islamistes, mais les démocraties ont fermé les yeux sur les agissements d’un pays qu’elles considèrent comme un allié dans cette région du monde. Un drôle d’allié que celui qui finance ceux qui visent la destruction du monde civilisé!
Ce comportement aveugle fragilise l’appui à la lutte contre le terrorisme.
La lutte contre le terrorisme doit être menée ici et également là où sévissent ces groupes. Il reste cependant que si la population accorde son appui à des mesures sévères ici, elle est plutôt réfractaire à accorder son soutien à des interventions à l’étranger. Cela s’explique en bonne partie par l’attitude contradictoire de nos gouvernements envers ceux que l’on combat et ceux qui soutiennent ces mêmes ennemis.