lundi, mai 04, 2015

Course au PQ : un quatrième débat sans vagues

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le dimanche 3 mai 2015 à 18 h 02 HAE   Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Alexandre Cloutier, Pierre Céré, Martine Ouellet et Pierre Karl Péladeau après le débat à Rimouski
Alexandre Cloutier, Pierre Céré, Martine Ouellet et Pierre Karl Péladeau
après le débat à Rimouski
Les candidats dans la course à la direction du Parti québécois ont débattu pour une quatrième fois, à Rimouski cette fois, sur les enjeux liés à la culture et au développement régional. Les échanges étaient globalement consensuels.
Il s'agissait du premier débat depuis que Bernard Drainville s'est désisté il y a deux semaines et s'est rallié à Pierre Karl Péladeau.
Convergence sur le thème de la culture
En matière de culture, le ton des échanges était plutôt bon enfant. Les candidats sont d'accord entre eux pour dire que la souveraineté est le meilleur tremplin pour le développement et le rayonnement de la culture québécoise.
Alexandre Cloutier a rappelé par exemple ses propositions d'inviter des artistes dans les écoles, ou de réaffecter en culture la portion de la TVQ prélevée sur les produits culturels.
Martine Ouellet a insisté pour accroître l'accessibilité à la culture en région et augmenter l'offre d'information régionale.
« Il faut être indépendant. Quand on a un gouvernement à Ottawa qui remplace des toiles d'Alfred Pellan par des photos de la reine Élisabeth, c'est assez évident que le fédéral n'y croit pas vraiment, à la culture. »— Martine Ouellet

Pierre Céré a soutenu que « l'État ne peut pas tout, mais il peut beaucoup », et qu'il doit assurer une sécurité économique aux créateurs, en particulier en région.
Pierre Karl Péladeau a mis l'accent sur les centaines de millions qui vont au fédéral en matière de télécommunications, notamment pour les spectres de téléphonie, et il a rappelé son soutien à la culture en région à titre de mécène ou de dirigeant de Québecor.
« L'industrie culturelle représente des milliers d'emplois. Et derrière tout ça, il y a un système. Malheureusement, comme nous n'en avons pas l'entière maîtrise, nous ne sommes pas en mesure de nous engager fortement pour son épanouissement. »— Pierre Karl Péladeau

À ce sujet, Alexandre Cloutier a plaidé pour une stratégie globale de rapatriement des compétences au Québec.
« Est-ce qu'on peut arrêter de mettre nos énergies pour le rapatriement d'un seul pouvoir? C'est fini les négociations à la pièce. Notre raison d'être est d'avoir un pays et tous nos moyens. »— Alexandre Cloutier

Redonner du souffle aux régions
En matière de développement régional aussi, il n'y a pas eu de véritable prise de bec. L'animateur Gilles Gougeon a même dû rappeler qu'il s'agissait d'un débat, tellement les consensus étaient fréquents.
Les candidats se sont tous présentés comme les défenseurs des régions. Martine Ouellet dit vouloir rétablir les Centres locaux de développement (CLD), abolis par le gouvernement libéral. Pierre Karl Péladeau promet de son côté une constitution québécoise qui inclurait les droits et pouvoirs des régions. Alexandre Cloutier a proposé une politique nationale des transports et est revenu à la charge contre le développement du pétrole de schiste à Anticosti. Pierre Céré a mis quant à lui l'accent sur l'importance de transformer les ressources naturelles sur place et a rappelé son cheval de bataille, soit le rapatriement au Québec du programme d'assurance-emploi, ce qui profiterait aux régions, selon lui.
Dernier sprint
Par ailleurs, ce matin, l'organisation d'Alexandre Cloutier a fait circuler des chiffres basés sur une consultation téléphonique le plaçant deuxième derrière Pierre Karl Péladeau. L'équipe de Martine Ouellet a riposté en publiant des chiffres de son pointage la situant derrière le favori et plaçant M. Cloutier en troisième position.
Dans les points de presse après le débat, Mme Ouellet a accusé son adversaire d'utiliser de vieilles stratégies pour l'avantager en fin de course. « Les Québécois veulent autre chose que de la vielle politique. De quelqu'un pour qui le slogan est "Maintenant, autrement", je trouve que des fois ça a l'air souvent de "Maintenant, comme avant". »
M. Cloutier s'est défendu d'employer des stratégies déloyales. « Je n'ai pas fait connaître de pointage, j'ai fait connaître un sondage qui, de toute évidence, confirme une tendance à la hausse. Si j'avais fait connaître mon pointage, il serait encore nettement supérieur », a-t-il dit.
Les quatre candidats toujours en lice dans cette course à la succession de Pauline Marois seront convoqués pour un cinquième et dernier débat, jeudi, à Montréal. Les candidats Ouellet, Cloutier et Céré mettent les bouchées doubles en cette fin de course et misent beaucoup sur la tenue d'un possible second tour.
Seuls les membres en règle du PQ pourront se prononcer à partir du 13 mai. Le vote s'effectuera par téléphone et par Internet.
Les résultats du premier tour de scrutin seront dévoilés le 15 mai au Centre des congrès de Québec. Si un deuxième tour devait être nécessaire, les résultats seraient communiqués le 22 mai.