vendredi, mai 15, 2015

Compressions : des handicapés invités à porter des couches

http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/

Le Regroupement des organismes de personnes handicapées dénonce les impacts des compressions à l'IRDQP.
Le Regroupement des organismes de personnes handicapées
dénonce les impacts des compressions à l'IRDQP.
  Photo :  ICI Radio-Canada

Des personnes handicapées doivent dorénavant porter une couche lorsqu'elles se rendent à l'Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), faute de personnel pour les aider à aller aux toilettes.
Cette situation est l'une des conséquences de la suppression d'une quarantaine de postes dans cet établissement, a dénoncé la directrice adjointe du Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région de Québec, Véronique Vézina, en point de presse jeudi à l'Assemblée nationale.
« Un poste de brancardier a été coupé. Ce poste permettait d'aider les personnes à aller à la toilette. Un gestionnaire à l'IRDPQ a répondu aux personnes qui avaient besoin de cette assistance, quand vous allez venir ici, mettez une couche », s'est indignée Mme Vézina.
« C'est insultant, c'est révoltant, c'est un manque de respect . »— Véronique Vézina, directrice adjointe du Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région de Québec

En tout, l'IRDPQ a supprimé 21 postes en plus de perdre les services de 18 autres professionnels qui travaillaient directement auprès des 14 000 usagers. Des éducateurs spécialisés, des orthophonistes, trois ergothérapeutes, un technicien en braille et un sauveteur pour le bassin thérapeutique à l'enfance ont perdu leur poste.
« On demande au gouvernement et au ministre de sortir du déni. Les services sont coupés et ça a des impacts sur la santé physique et psychologique de population vulnérable », a dénoncé le député Jean-François Lisée, qui accompagnait le Regroupement des organismes de personnes handicapées.
Jean-François Lisée fait également valoir qu'il y a une liste de 850 personnes en attente de soins et que le temps d'attente est de trois mois pour obtenir des services spécialisés - et de six mois dans les cas de déficience du langage et de la parole. « On ne peut pas dire qu'ils ne remplissaient pas un besoin », plaide-t-il.
L'IRDPQ minimise
Un avis a été affiché à l'IRDPQ par la direction.Un avis a été affiché à l'IRDPQ par la direction.  Photo :  Courtoisie
La direction de l'IRDPQ précise que la mesure concernant le port des couches touche uniquement les visiteurs et non pas les bénéficiaires qui séjournent à l'établissement pendant une longue période.
La direction assure également qu'elle tente par tous les moyens d'éviter de réduire les services aux usagers. Dans le cas du technicien en braille, notamment, il s'agit d'un service très peu utilisé, affirme l'IRDPQ.
Le gouvernement a réitéré jeudi que les professionnels touchés par les compressions seraient réaffectés ailleurs et que cette décision n'aura pas d'impact. « Les changements qui ont été annoncés n'auront aucune répercussion sur les services. Il s'agit d'une réorganisation », a affirmé la ministre responsable de la réadaptation, Lucie Charlebois, lors de la période de questions à l'Assemblée nationale.