mercredi, avril 22, 2015

Une mère se prépare à affronter le présumé meurtrier de sa fille de 17 ans

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour 98,5 fm le mercredi 22 avril 2015 à 06h34. Modifié à 08h08.
Une mère se prépare à affronter le présumé meurtrier de sa fille de 17 ans
Gabrielle
(98,5 fm) - Gabrielle avait 17 ans. Un diplôme d'études secondaires tout frais en poche, des projets plein la tête et un été de rêve avec sa famille. Tout s'est transformé en tragédie quand on l'a retrouvé morte assassinée dans une chambre d'hôtel.
Le samedi 7 juin 2014, Gabrielle accepte de rencontrer son ex-copain dans un hôtel de l’est de Montréal. La relation bat de l’aile depuis un moment, elle veut y mettre un terme, mais il insiste pour une dernière rencontre, pour souligner la fin de son secondaire. Elle ne rentrera jamais chez elle.
En entrevue au 98,5fm, Marlène Dufresne, mère de la victime, revient pour la première fois sur le drame qui a bouleversé sa vie et celle de sa famille.
«J’étais inquiète, j’ai appelé la police, je leur ai dit que je croyais que ma fille était avec son ex-copain et qu’il était très perturbé. On m’a dit qu’il n’avait pas lieu de faire des recherches parce qu’elle n’était pas partie depuis assez longtemps. Ensuite ils sont venus m’annoncer qu’elle n’avait pas survécu.»
Premier face à face depuis le drame
Jonathan Mahautière, 18 ans, a été arrêté le jour même et accusé de meurtre au second degré.
À l’aube de l’ouverture de l’enquête préliminaire, Mme Dufresne se sent prête à faire face pour la première fois au présumé meurtrier de sa fille. À celui qu’elle a accueilli chez elle comme un fils, qui a mangé à sa table et qu’elle a emmené en vacances avec sa famille.
«J’ai besoin de le voir maintenant. J’ai besoin de comprendre, de savoir ce qui s’est passé. J’ai besoin de réponses » affirme celle qui appréhende énormément le début des procédures. « Depuis quelques jours on fait des cauchemars, tout ce que je veux c’est que ça s’arrête.»
Ue marche pour dénoncer
Une marche, organisée en collaboration avec l’AFPAD (Association des familles de personnes assassinées ou disparues) aura lieu en juin prochain pour dénoncer la violence amoureuse chez les jeunes. Mme Dufresne croit qu'on a tendance à banaliser les relations amoureuses des adolescents alors qu'ils vivent des émotions souvent extrêmes. Elle a décidé d'en faire son cheval de bataille à la mémoire de sa fille qui aurait eu 18 ans cette année.
La marche « Je suis Gabrielle » aura lieu le 14 juin 2015 et le départ se fera à 11h00 de l’école Marguerite-De Lajemmerais, lieu où Gabrielle étudiait.
La semaine de sensibilisation aux victimes d'actes criminels se poursuit jusqu’au 25 avril.
Avec les informations de Monic Néron