vendredi, avril 17, 2015

Une grève générale sur la table à l’automne

http://www.ledevoir.com/politique/

17 avril 2015 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Québec
À défaut d’une entente, les syndiqués des secteurs public et parapublic seront appelés, durant la deuxième moitié du mois de septembre, à donner un mandat de grève au Front commun.
Photo:
Jacques Nadeau
 Le Devoir
À défaut d’une entente, les syndiqués des secteurs public et parapublic seront appelés, durant la deuxième moitié du mois de septembre, à donner un mandat de grève au Front commun.
À l’abri des caméras, le Front commun des syndicats des secteurs public et parapublic prépare le terrain à une grève générale à l’automne. Dès la fin du mois, quelque 800 syndicats solliciteront le mandat, auprès de 400 000 employés de l’État, de « planifier » un débrayage massif au cas où les négociations piétinent au retour des vacances estivales, a appris Le Devoir.
 
« Il faut être prêt à l’automne », dit sans ambages le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Daniel Boyer, à l’autre bout du fil. « Faire le tour [de 400 000 des 530 000 employés de l’État], ça ne se fait pas en criant “ ciseaux  », ajoute-t-il.
 
À défaut d’une entente, les syndiqués du secteur public et parapublic seront appelés, durant la deuxième moitié du mois de septembre, à donner un mandat de grève au Front commun. Le scénario d’un débrayage de centaines de milliers d’employés durant au moins deux semaines a notamment fait l’objet de discussions au sein d’organisations syndicales.
 
« À l’automne, on aura discuté suffisamment autour des plus grands enjeux pour se faire une tête [sur des questions du type] est-ce qu’il y a une voie de passage possible pour un règlement ou il n’y en a pas du tout ? Est-ce qu’on a à forcer le jeu pour que le gouvernement nous prenne au sérieux ? » explique M. Boyer dans un entretien téléphonique avec Le Devoir.
 
Réunis à Longueuil, environ 200 délégués de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) se sont rangés à l’unanimité jeudi derrière une résolution voulant que « le Conseil général recommande à l’APTS de déclencher une grève générale légale en front commun à l’automne 2015 et que des assemblées générales se tiennent en septembre 2015 afin d’obtenir le mandat de grève à la lumière de l’avancement de la négociation ».
 
« On l’a vu [jeudi], les gens sont indignés », a insisté la présidente de l’APTS, Carolle Dubé, dans une entrevue avec Le Devoir. Les offres salariales « inadmissibles » mises sur la table par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, s’ajoutent aux douloureux contrecoups de la réorganisation des structures du réseau de la santé et des services sociaux initiée par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. « Mettons que la cour est pas mal pleine. »
 
Les syndiqués considèrent sérieusement l’« utilisation de moyens de pression plus lourds telle la grève à exercer au moment jugé opportun ». « Si le moment est jugé opportun au retour de la période estivale, on va retourner prendre des votes dans nos assemblées pour déclencher la grève. [Cela dit], on est prêts à négocier de bonne foi avec le gouvernement. Il faut qu’il manifeste lui aussi son désir de négocier de bonne foi », affirme Mme Dubé.
 
13,5 % en trois ans contre 3 % en cinq ans
 
Le Front commun a fait connaître des demandes d’augmentation salariale de l’ordre de 4,5 % par année, et ce, pendant trois ans (13,5 % en trois ans). Il s’agit de demandes « ven[ant]d’une autre époque », a rétorqué le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux. De son côté, le gouvernement du Québec offre aux employés de l’État un gel de salaire pendant deux années, suivi d’une augmentation annuelle de 1 % pour les trois ans subséquents (3 % en cinq ans). Toute proposition patronale devra être « compatible » avec le retour à l’équilibre budgétaire cette année et son maintien au cours des prochaines années, a répété M. Coiteux au fil des dernières semaines.
 
« Les offres actuelles du gouvernement sont carrément inacceptables [voire] insultantes », dit la vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Francine Lévesque.« Elles ont soulevé l’indignation chez nos membres. C’est parmi les pires offres qu’on a jamais reçues », ajoute-t-elle. Les travailleurs des secteurs public et parapublic entendent se donner « les moyens de pouvoir procéder à l’exercice de la grève quand ce sera opportun ».« Le plus tôt on est prêts, le mieux c’est », soutient Mme Lévesque.
 
Rapport de force
 
Même si les négociations demeurent à un stade « préliminaire », « tout m’indique » à ce moment-ci que le Front commun devra nécessairement accroître la « pression » sur le gouvernement libéral, selon Daniel Boyer. D’ailleurs, les employés de l’État rééquilibreraient le « rapport de force » en faveur de leurs représentants syndicaux aux tables de négociations simplement en leur octroyant un mandat de grève, indique-t-il. Face à l’intransigeance de M. Coiteux, « il faudra exercer un certain rapport de force… que ça aille jusqu’à la grève ou non », dit le président de la FTQ.
 
Les conventions collectives des employés des secteurs public et parapublic sont échues depuis le 31 mars dernier. D’ailleurs, quelque 2500 délégués du front commun syndical se réunissaient pour parler de grève ce jour-là à Québec.
 
Les syndicats n’ont toujours pas les coudées franches pour amorcer un débrayage légal. Ils devront préalablement se plier à une médiation de deux mois, attendre le rapport du médiateur, et convenir de services essentiels dans le secteur de la santé et des services sociaux et au sein de l’administration publique à préserver en cas de conflit de travail.
 
Pour l’instant, les acteurs du Front commun s’abstiennent de réclamer l’entrée en scène d’un négociateur. Durant l’été ? « C’est tout à fait possible que ça se passe à ce moment-là », précise Mme Lévesque.
 
« Il faut expliquer à l’ensemble de nos membres de quoi il en retourne pour être en mesure d’exercer un droit de grève légal. On n’est pas à lancer la bombe atomique [une grève illégale] : on parle d’une grève légale », conclut-elle.