dimanche, avril 05, 2015

L'exécutif de l'ASSÉ démissionne en bloc

http://www.lapresse.ca/actualites/education/

Publié le 05 avril 2015 à 08h22 | Mis à jour à 08h22
Le mouvement étudiant de contestation contre l'austérité et... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)
PHOTO
 ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE,
ARCHIVES LA PRESSE
Le mouvement étudiant de contestation contre l'austérité et les projets pétroliers connaît des vagues.
Les membres de l'exécutif de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) ont démissionné en bloc, hier, quelques jours après avoir proposé un report controversé du mouvement de grève lancé par certaines associations étudiantes à l'automne prochain.
L'ASSÉ, qui mène actuellement une charge contre le gouvernement Couillard, est réunie en congrès depuis hier à Valleyfield. La réunion s'est ouverte sur le départ de la totalité des six élus, dont la porte-parole Camille Godbout, à la surprise générale des participants.
« Ils voulaient que le congrès se concentre vraiment sur la question du plan d'action, sur nos positions et nos revendications à venir plutôt que de faire un débat de personnalité sur l'exécutif », a confié une source qui assistait au congrès. Selon cette source, c'est le débat autour du report de la grève à l'automne prochain qui a « clairement été le déclencheur de tout ça ».
Les démissions seraient définitives.
Un «repli stratégique»
Ces départs surviennent alors que l'ASSÉ est traversée de tensions entre une frange plus radicale - centrée autour de certaines associations de l'UQAM et des cégeps du centre-ville de Montréal - et une aile plus modérée. Les membres du comité exécutif étaient davantage identifiés à ce second pôle.
Dans un texte publié la semaine dernière, ils ont d'ailleurs proposé de mettre en veilleuse le débrayage jusqu'à l'automne prochain. L'objectif : suspendre une grève « menée majoritairement par des associations universitaires et pour la plupart montréalaises » pour profiter « d'une fenêtre historique » avec les négociations dans la fonction publique qui pourraient déboucher sur un conflit de travail au début de l'automne.
Lire la suite...