mercredi, avril 08, 2015

Les idiots utiles

http://www.ledevoir.com/politique/

8 avril 2015 | François Delorme - Économiste | Québec
«Nous sommes en train de mettre en péril en un coup de cuillère à pot 40 ans de temple socio-économique dont l’éducation est certainement une des plus importantes colonnes.»
Photo:
Jirka Matousek CC
«Nous sommes en train de mettre en péril en un coup de cuillère à pot 40 ans de temple socio-économique dont l’éducation est certainement une des plus importantes colonnes.»
En tant, qu’économiste, je me suis toujours considéré comme un pragmatique. Ayant oeuvré une bonne partie de ma carrière au ministère fédéral des Finances, j’ai été aux premières loges pour orchestrer les différents exercices de consolidation budgétaire. Aujourd’hui, j’enseigne les rudiments de l’économie à des étudiants sur les bancs de l’université.
 
En parallèle, j’ai toujours tenté de réconcilier ce « pragmatisme » à mes penchants sociaux-démocrates et à mon souci pour les « poqués » et les laissés-pour-compte de notre société.
 
Mais là, après le dernier budget du Québec, je ne peux plus faire la réconciliation. Est-on en train de créer une seconde « Grande Noirceur » ?
 
Regardons où se situait le Québec avant la Révolution tranquille 1960 :
 
Nous avions un niveau de vie 12 % plus faible que celui de l’Ontario.
 
Les Québécoises ne travaillaient à peu près pas.
 
Les deux tiers de nos jeunes n’avaient aucun diplôme en poche, et seulement 5 % d’entre eux avaient un diplôme universitaire.
 
Sur le plan scolaire ou des salaires, la situation des Québécois francophones n’était guère différente de celle des Noirs américains, qui formaient alors le groupe le plus désavantagé aux États-Unis.
 
La plupart des jeunes d’aujourd’hui ignorent qui était Duplessis. Comment pourrait-on alors les blâmer de ne pas connaître quelle était la situation socio-économique de leurs grands-parents avant 1960 ? Il n’y a plus un jeune capable de faire le lien entre son monde d’aujourd’hui et celui d’avant 1960.
 
Et pourtant… En 2015, nos jeunes hommes et femmes sont éduqués, gagnent aussi bien leur vie que les Ontariens, vivent dans la société la moins inégalitaire d’Amérique du Nord et nous pouvons nous vanter d’avoir maintenant un Québec inc. dynamique. Comment a-t-on accompli tout ça ? En mettant l’État québécois à vitesse grand V au service du développement socio-économique. Bref, en gros, en investissant dans nos écoles.
 
Quand je vois la façon dont onasphyxie le système d’éducation, et en particulier nos universités, en érigeant la consolidation budgétaire au rang de totem, je ne peux que conclure que c’est le modèle québécois tout entier qui est menacé d’imploser. Sommes-nous en train de dessécher les racines sur lesquelles nous avons construit la société instruite que nous avons aujourd’hui ? Veut-on courir le risque de fragiliser l’éducation de nos jeunes et de nos enfants ? Ne dit-on pas que l’instruction, c’est le pouvoir ?
 
Soyons clairs : je ne suis pas contre un assainissement des finances publiques et pour un gain d’efficacité dans la gestion des fonds publics, surtout en santé. Mais pas à n’importe quelle vitesse et surtout pas à n’importe quel prix.
 
Nous sommes en train de mettre en péril en un coup de cuillère à pot 40 ans de temple socio-économique dont l’éducation est certainement une des plus importantes colonnes. Au nom du déficit zéro, on met en péril toute une génération de jeunes qui s’appuient en ce moment sur ces gains de la Révolution tranquille. On a beau vouloir dégager des marges de manoeuvre futures (et même des surplus budgétaires !), cela prendra des années à reconstruire un système d’éducation qui se respecte. Pourtant, en coupant les budgets de nos universités, les obligeant à réduire de façon significative l’offre de cours aux étudiants, on n’en arrive qu’à donner désormais le minimum de formation. Veut-on que nos économistes, nos médecins, nos ingénieurs n’aient de leur profession que le nom ?
 
En tenant compte de l’inflation, le financement de l’éducation sera de -1,2 % en 2015-2016. Les universités devront subir de nouvelles compressions de plus de 100 millions de dollars qui s’ajoutent aux coupes précédentes de 200 millions.
 
Nous avons déjà au Québec 50 % d’analphabètes fonctionnels qui ne peuvent comprendre une notice de montage d’un meuble d’IKEA.
 
Est-ce vraiment le futur que nous voulons pour nos jeunes ? Veut-on risquer d’en faire des idiots utiles, comme disait Lénine, qui votent et consomment et que l’on peut manipuler facilement en leur faisant avaler des vérités qu’ils ne peuvent ni comprendre et encore moins contester ?
50 %
C'est la proportion d’analphabètes fonctionnels au Québec qui ne peuvent comprendre une notice de montage d’un meuble d’IKEA.