dimanche, avril 26, 2015

Les Clinton : encore un scandale...

http://www.journaldemontreal.com/

bill hillary clinton
PHOTO ARCHIVES / REUTERS
Hillary Clinton n’a pas encore complètement émergé de la controverse entourant l’utilisation exclusive de son e-mail personnel à l’époque où elle était secrétaire d’État et la revoici plongée jusqu’au cou dans un autre scandale. L’affaire est potentiellement explosive pour la candidate démocrate à la présidence de 2016. Elle émoustille d’ailleurs le Tout-Washington ces jours-ci.

Selon le New York Times, des donateurs très en vue de la Fondation des Clinton ont profité de l’influence à l’international de « l’ami Bill » pour faire de bonnes affaires à l’étranger. Suffisait d’allonger les millions... Comme c’était encore une fois pendant les années où Hillary était secrétaire d’État, le New York Times laisse la porte ouverte à la possibilité qu’elle ait pu se placer en conflit d’intérêts...

« Benghazi-gate », « Email-gate », « Foreign cash-gate »... évidemment, chez les Clinton, on n'en est pas à un scandale près... Mais ce qui m’étonne chaque fois que la controverse les frappe, c’est de voir combien Bill et Hillary, pourtant le couple politique le plus expérimenté de l’histoire américaine, se révèlent être de mauvais gestionnaires de crise.

Suffi de se rappeler des années Clinton à la Maison-Blanche, de 1992 à 2000. Du Whitewater au Travel-gate, en passant par Gennifer Flowers et Monica Lewinsky... le président et la First lady étaient toujours à la remorque d’un scandale, incapables d’anticiper les coups, de prendre les devants, incapables de dissiper les odeurs nauséabondes de secret... Et c’est encore le cas maintenant.

La pression sur Hillary relativement à cette nouvelle affaire embarrassante des généreux dons à la Clinton Foundation montra de quelques crans le 5 mai prochain au moment de la sortie aux États-Unis d’un livre très attendu : « Le cash des Clinton ».  Comme l’auteur, Peter Schweizer, est un conservateur proche des républicains  (donc pas un allié des démocrates), toute cette affaire pourrait finalement s’avérer un gros pétard mouillé. À suivre.

Mais entretemps, un fait demeure : les Clinton, encore et toujours, sont placés sur la défensive. Et il reste encore 80 longues semaines avant l’élection présidentielle du 8 novembre 2016...