jeudi, avril 23, 2015

Le trou de 7 G$: de la poudre aux yeux

http://www.journaldemontreal.com/

Stéphane Bédard
PHOTO D'ARCHIVES
Régys Caron
Le trou de 7,2 milliards $ invoqué à répétition par le gouvernement Couillard pour justifier la «rigueur budgétaire» n'est rien d'autre que de la poudre aux yeux, clament le PQ et la CAQ.
«Le 7,2 milliards n'existe pas, c'est de la poudre aux yeux, ça a été inventé de toutes pièces», a accusé ce matin le chef intérimaire du Parti québécois Stéphane Bédard. M. Bédard a dit avoir demandé au premier ministre Philippe Couillard de s'expliquer sur ce trou de 7,2 milliards à l'occasion de l'étude des crédits du gouvernement qui débutait mercredi en commission parlementaire.
«À aucun moment le premier ministre n'a été capable d'expliquer l'impasse budgétaire. Sur le 7,2 milliards, je lui ai posé des questions sur 3,6 milliards, M. Couillard a été incapable de me donner un seul exemple [...] Ça prouve qu'on a fait un gros mensonge aux Québécois pour justifier la déconstruction de ce modèle qui a permis aux Québécois de s'enrichir à Montréal, Québec et dans les régions», a réprouvé M. Bédard.
Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault partage l'opinion de son adversaire du Parti québécois. «Les vrais chiffres vérifiés donnent un déficit de 2,9 milliards, c'est ça le trou qu'on a», a statué M. Legault. À son avis, les libéraux ont obtenu le chiffre de 7,2 milliards en additionnant les demandes formulées au Conseil du trésor par les ministères alors que le PQ était au pouvoir, une manoeuvre douteuse à son avis.
«Quand j'étais vice-président du Conseil du trésor, j'ai vu que les demandes des ministères pouvaient aller jusqu'à 10 milliards, un moment donné le Conseil du trésor dit on n'a pas cet argent-là. Le 7 milliards, c'est l'addition des demandes des ministères. C'est de la poudre aux yeux. Il faut trouver 2,9 milliards. Je comprends que les Québécois ne sont pas contents de la façon dont M. Couillard atteint l'équilibre budgétaire. Il le fait en pigeant dans leurs poches», a semoncé M. Legault.
C'est la vieille recette utilisée par les «vieux partis politiques» (PQ et PLQ), qui consiste, selon M. Legault, à gonfler les chiffres. «Il n'y a jamais eu d'état financier qui montraient un déficit de 7,2 milliards», a terminé M. Legault.