samedi, avril 25, 2015

Le temps des partielles


http://www.journaldequebec.com/

bloc situation vote
PHOTO D'ARCHIVES
La région de Québec sera le théâtre d'ici peu de deux élections partielles. Dans le contexte où l'automne sera fédérale, la fenêtre pour trouver des successeurs à Yves Bolduc et à Gérard Deltell est déjà pas mal ouverte pour ce printemps. Peut-on espérer quelques débats intéressants ?
Les électeurs des comtés de Jean-Talon et de Chauveau devraient être convoqués sous peu. On n'a sûrement pas précipité les annonces récentes concernant Véronyque Tremblay et Sébastien Proulx pour rien, chez les libéraux.
Ce devrait être des partielles intéressantes, la qualité des candidatures est au rendez-vous et les enjeux ne manquent pas.
Personne n'a été surpris de l'arrivée de l'ex-adéquiste Sébastien Proulx dans Jean-Talon puisque des rumeurs envoyaient déjà le directeur de la planification stratégique au Cabinet du Premier ministre dans Chauveau, depuis quelques temps. Les journalistes Jean Lapierre et Simon Boivin ont évoqué des tensions entre Proulx et Isabelle Migneault (chef de cabinet du président du Conseil du trésor) pour le siège qu'on doit presque concéder aux libéraux. On sait maintenant qui a remporté la faveur de monsieur Couillard.
On peut parler d'un certain courage du côté de Véronyque Tremblay qui a fait le plongeon en politique sachant très bien que Jocelyne Cazin partait avec une bonne longueur d'avance dans un comté qui a offert des majorités assez confortables aux caquistes lors des derniers scrutins. On a beaucoup parlé cette semaine du duel entre les deux journalistes et, s'il faut féliciter la venue d'une candidate de qualité au PLQ dans Chauveau, il ne faudrait quand même pas exagérer en prédisant une lutte serrée...
D'un côté, le profil de Mme Cazin colle parfaitement avec la Coalition Avenir Québec. L'ex-animatrice de J.E. a prouvé depuis longtemps qu'elle est capable de prendre la part du citoyen contre le gaspillage tout en prônant la responsabilisation de chacun.
La greffe de Mme Tremblay au Parti Libéral sera plus difficile à prendre, plusieurs traces d'un passé récent pourront jouer contre elle, du moins à court terme (5 novembre21 novembre13 mars31 mars5 avril).
Dans le tête à tête avec Michel Hébert publié ce matin, on voit bien que François Legault est très fier de sa nouvelle prise et je suis certain que Philippe Couillard est tout aussi fier de la sienne. Il faut saluer la venue de deux candidates d'envergure pour les gens de Loretteville et des environs.
On ne parle pas beaucoup des candidats du PQ pour le moment, et c'est un peu normal. Les scores péquistes dans ces deux comtés ces dernières années annoncent une campagne difficile, d'autant que l'effet Pierre-Karl Péladeau ne semble pas vouloir changer la donne.
Je connais bien Clément Laberge qui a de nouveau l'intention de se présenter à l'investiture dans Jean-Talon. Je le considère comme un ami. Sa principale difficulté sera d'obtenir l'attention des médias. À la dernière campagne, il n'avait cessé de répéter « qu’il n’était pas normal que Yves Bolduc soit payé à la fois comme député à temps plein et comme médecin à plein temps ». On se souvient du résultat...
Il faut souhaiter qu'au-delà de la notoriété perçue par les médias, on écoutera un peu plus ce que chacun a réellement à offrir aux électeurs... Je sais que Clément est aussi une candidature de grande qualité.
Merci Gérard
Je ne cacherai pas mes bons sentiments envers Gérard Deltell avec qui j'ai fait deux campagnes électorales. J'ai eu l'occasion à ces moments de passer du temps de qualité avec lui et il conserve toute mon admiration pour son parcours intègre et sa présence de qualité en politique provinciale. Je ne connais pas de politiciens à Québec plus généreux de son temps que lui et c'est avec bonheur que j'ai lu sur sa réconciliation récente avec le maire Labeaume.
Il part avec les coudées plus franches pour la suite des choses...
Les thèmes de cette campagne
Deux comtés dans notre région sont actuellement vacants et il est heureux qu'on ne tarde pas à choisir deux députés pour bien représenter et servir les citoyens. Il est probable que le thème du développement économique et les questions de finances publiques dominent par rapport à la sempiternelle question nationale et c'est très bien ainsi. Sans évacuer les sujets qui concernent le vivre-ensemble, j'espère qu'on pourra tout de même parler un peu d'éducation et de la vision qu'on a pour la capitale, dans ces prochaines semaines.
Si on est chanceux, on pourra peut-être sortir des sentiers battus et provoquer des discussions sur des sujets inattendus.
Le temps des partielles, c'est aussi l'occasion de se redire qu'on a les politiciens qu'on mérite.
À nous de ne pas l'oublier !