lundi, avril 20, 2015

Le choix du gouvernement québécois d'imposer le bâillon en agace plusieurs

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 19 avril 2015 à 11h28. Modifié par Charles Payette le lundi 20 avril 2015
Le choix du gouvernement québécois d'imposer le bâillon en agace plusieurs
Photo : archives PC, Jacques Boissinot
MONTRÉAL - Bien des élus habitués de prendre place sur les banquettes de l'opposition à l'Assemblée nationale regagneront fort probablement le Salon bleu à reculons, lundi, puisque le gouvernement imposera de nouveau le bâillon pour favoriser l'adoption d'un projet de loi.
Le recours à cette procédure exceptionnellevisera à conclure rapidement l'étude du projet de loi 28 qui porte entre autres sur la mise en oeuvre dediverses dispositions incluses dans le discours du budget du 4 juin 2014.

Aux yeux des libéraux, il s'agissait d'un passage obligé puisque les autres formations politiques se livraient, selon leurs dires,à de l'obstruction.

Le ministre provincial des Finances, Carlos Leitao, a affirmé que l'analyse du texte législatif, qui est particulièrement volumineux, progressait réellement à pas de tortue.

Il a souligné que les députés étaient «rendus à l'article 17 ou 18 d'un projet de loi qui en compte plus de 300».

Le grand argentier du Québec en a donc déduit que «ça aurait été extrêmement long» de boucler la bouclede manière normale.

De toute évidence, cet argument n'a pas fait mouche auprès de nombreux syndiqués.

La preuve: ils ont été nombreux à se pointer sur la Colline parlementaire, vendredi, pour dénoncer l'avenue que s'apprête à emprunter l'équipe du premier ministre Philippe Couillard.

La députée de Québec solidaire Manon Massé partage leur indignation.

En entrevue à La Presse Canadienne, la représentante de la circonscription montréalaise de Sainte-Marie-Saint-Jacques, a soutenu qu'il n'existe aucune raison valable d'adopter le projet de loi 28 en catastrophe.

Elle en a également profité pour écorcher M. Couillard au passage.

«Dans son discours d'ouverture, ce premier ministre était tellement fier d'annoncer aux Québécois et aux Québécoises qu'il allait agir en toute transparence dans un dialogue social, ce qu'on ne voit pas depuis qu'il est à l'Assemblée nationale [...]. Alors, je trouve ça dramatique pour la démocratie», a-t-elle martelé.

Mme Massé en a profité pour rappeler que ce ne sera pas la première fois que l'actuel gouvernement recourra au bâillon pour arriver à ses fins.

Pas plus tard qu'en février dernier, il avait, en effet,utilisé le même plan de match pour accélérer l'étude du projet de loi 10 portant sur l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux.