mardi, avril 21, 2015

La SAAQ abandonne son idée des «mouchards» dans les autos

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Léandre Drolet pour CogecoNouvelles le lundi 20 avril 2015 à 17h10. Modifié par Charles Payette le mardi 21 avril 2015
La SAAQ abandonne son idée des «mouchards» dans les autos
Robert Poëti,/PLQ
Exclusif QUÉBEC - La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) abandonne son projet d'installer des «mouchards» dans les automobiles, pour connaître les habitudes de conduite des Québécois.
Un reportage de Louis Lacroix.
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
En février, la présidente de la SAAQ, Nathalie Tremblay, avait annoncé un projet pilote qui consistait à installer une puce électronique sous le tableau de bord des automobiles pour récolter leurs données de conduite : accélérations, freinages d'urgence etc...
Les meilleurs conducteurs auraient eu droit à un rabais sur la portion assurance de leur permis de conduire.
Mais Cogeco nouvelles a appris que le ministre des Transports, Robert Poëti, a ordonné à la présidente de la SAAQ de laisser tomber ce projet jugé trop coûteux.
«Il me semble inutile de dépenser de l’argent en technologie lorsqu’elle existe déjà», a expliqué le ministre Poëti, qui pourrait cependant se tourner vers les compagnies d’assurance privées pour obtenir ces renseignements.
En effet, trois compagnies utilisent déjà la télémétrie pour offrir des rabais à leurs clients.
La SAAQ pourrait s’associer à ces assureurs pour qu’ils lui envoient ces données.
Mais Québec aurait aussi des réserves quant au respect de la vie privée que représente cette collecte de renseignements.
Le ministre Poëti a assuré que seules certaines données comme la vitesse, le freinage et l’accélération seraient nécessaires. De plus, le consentement des participants au programme serait essentiel.
«Tout ça doit se faire sur une base volontaire. Si le citoyen ne veut pas, ça n’arrivera pas», a assuré le ministre, qui soutient que le projet pilote sera lancé d’ici la fin de l’année.
Impossible, cependant, de savoir à combien se chiffrerait l’économie pour les participants.
Louis Lacroix
CORRESPONDANT PARLEMENTAIRE