samedi, avril 25, 2015

Fortin et Larose se butent à la porte fermée du consortium des médias

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 24 avril 2015 à 22h22.
Fortin et Larose se butent à la porte fermée du consortium des médias
OTTAWA — Ils auront fait le voyage jusqu'à Toronto pour rien.
Jean-François Fortin et Jean-François Larose, les deux députés du nouveau parti Forces et démocratie, n'ont pas réussi à participer à la réunion du consortium des médias en prévision de la campagne électorale.

Les deux députés fédéraux n'avaient pas été invités à cette réunion où on devait explorer, vendredi, le format que prendront les débats télévisés de la prochaine campagne électorale fédérale.

M. Fortin reproche au consortium des médias d'avoir accouché d'un nouveau critère voulant que seuls les partis ayant fait élire un député sous leur bannière aux dernières élections peuvent participer aux débats.

Après sa tentative ratée, le duo a diffusé un communiqué. «Ils ont même poussé le mépris jusqu'à nous refuser le droit de faire valoir notre point de vue. Le consortium agit comme un dinosaure et favorise le statu quo absolu en faisant taire les nouvelles voix», peut-on y lire.

Le député Fortin a créé Forces et démocratie après avoir abandonné le Bloc québécois à l'arrivée du chef Mario Beaulieu. Son parti est reconnu par Élections Canada et se promet de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions du Québec, cet automne. Pour l'instant, il compte 5000 membres.

Au consortium, on assurait, vendredi après-midi, qu'aucune décision n'avait encore été prise à propos des débats qui devraient être diffusés en septembre.

«Le processus décisionnel du consortium lié au format des débats et à la participation des partis s'appuie sur des valeurs journalistiques et celles associées à la programmation. Il est appliqué dans un contexte politique donné, conformément à la Loi sur la radiodiffusion», a écrit la porte-parole du Consortium des radiodiffuseurs, Lilianne Lê, dans un courriel transmis à La Presse Canadienne.

Elle a ajouté que le débat des chefs n'était pas considéré comme un «temps d'antenne gratuit aux partis politiques».